The Fort Worth Press - Face aux sanctions, la ville-usine de Lada au bord du gouffre

USD -
AED 3.672997
AFN 72.498872
ALL 95.650422
AMD 406.14512
ANG 1.801734
AOA 831.000162
ARS 841.142225
AUD 1.527592
AWG 1.8
AZN 1.698055
BAM 1.80083
BBD 2.018498
BDT 109.7182
BGN 1.803396
BHD 0.376922
BIF 2866
BMD 1
BND 1.342989
BOB 6.923158
BRL 4.933899
BSD 0.999673
BTN 82.815209
BWP 13.751226
BYN 3.271567
BYR 19600
BZD 2.015008
CAD 1.35325
CDF 2769.999893
CHF 0.879245
CLF 0.03557
CLP 981.479938
CNY 7.198403
COP 3931.71
CRC 514.333857
CUC 1
CUP 26.5
CVE 102.000046
CZK 23.356602
DJF 177.720166
DKK 6.875081
DOP 58.72499
DZD 134.637031
EGP 30.901602
ERN 15
ETB 56.715011
EUR 0.922335
FJD 2.263504
FKP 0.788585
GBP 0.78865
GEL 2.659758
GGP 0.788585
GHS 12.575005
GIP 0.788585
GMD 67.896955
GNF 8597.498491
GTQ 7.80248
GYD 209.158752
HKD 7.824445
HNL 24.769971
HRK 7.030095
HTG 132.709669
HUF 360.710192
IDR 15658.1
ILS 3.60829
IMP 0.788585
INR 82.94605
IQD 1310
IRR 42042.510825
ISK 137.710032
JEP 0.788585
JMD 155.842003
JOD 0.709005
JPY 150.5225
KES 145.999742
KGS 89.429694
KHR 4080.000017
KMF 453.949659
KPW 899.994433
KRW 1331.914972
KWD 0.30769
KYD 0.833084
KZT 449.967775
LAK 20870.000044
LBP 89700.000012
LKR 310.468649
LRD 190.796279
LSL 19.080261
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.840319
MAD 10.063989
MDL 17.794515
MGA 4545.000265
MKD 56.8142
MMK 2099.346285
MNT 3402.777104
MOP 8.057345
MRU 39.930263
MUR 45.706908
MVR 15.393911
MWK 1682.999644
MXN 17.069799
MYR 4.759031
MZN 63.49719
NAD 19.080446
NGN 1579.079484
NIO 36.770172
NOK 10.53495
NPR 132.50404
NZD 1.620495
OMR 0.38493
PAB 0.999632
PEN 3.800998
PGK 3.72475
PHP 56.089047
PKR 279.485341
PLN 3.97185
PYG 7278.335328
QAR 3.640503
RON 4.581297
RSD 108.093981
RUB 92.050294
RWF 1291.5
SAR 3.750321
SBD 8.475185
SCR 13.497187
SDG 600.999699
SEK 10.30927
SGD 1.344196
SHP 1.26825
SLE 22.506526
SLL 19750.000036
SOS 571.500471
SRD 35.30297
STD 20697.981008
SVC 8.746852
SYP 13001.799027
SZL 19.079623
THB 35.89102
TJS 10.95645
TMT 3.51
TND 3.11975
TOP 2.36255
TRY 31.149299
TTD 6.785966
TWD 31.591002
TZS 2549.999741
UAH 38.270141
UGX 3930.740156
UYU 39.066204
UZS 12529.999923
VEF 3602106.910905
VES 36.02554
VND 24635
VUV 119.966238
WST 2.723064
XAF 603.964699
XAG 0.044567
XAU 0.000493
XCD 2.70255
XDR 0.753256
XOF 603.498241
XPF 115.504591
YER 250.350419
ZAR 19.093302
ZMK 9001.201177
ZMW 23.192903
ZWL 321.999592
  • AEX

    0.0900

    852.98

    +0.01%

  • BEL20

    11.4200

    3696.65

    +0.31%

  • PX1

    18.2400

    7948.4

    +0.23%

  • ISEQ

    40.6500

    9495.06

    +0.43%

  • OSEBX

    -2.2700

    1260.06

    -0.18%

  • PSI20

    40.1700

    6220.07

    +0.65%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -0.2300

    2294.64

    -0.01%

  • N150

    2.6200

    3273.12

    +0.08%

Face aux sanctions, la ville-usine de Lada au bord du gouffre
Face aux sanctions, la ville-usine de Lada au bord du gouffre

Face aux sanctions, la ville-usine de Lada au bord du gouffre

Togliatti, ville "mono-industrielle", ne fait qu'un avec la gigantesque usine de voitures Avtovaz, premier constructeur de Russie. Mais à cause des sanctions internationales, cette cité et ses ouvriers risquent d'être entraînés dans un gouffre.

Taille du texte:

Dans un petit appartement de l'Avtozavodsky raïon, quartier en échiquier autour de la tentaculaire fabrique qui produit la légendaire Lada, des ouvriers sont attablés sous les drapeaux rouges de leur syndicat Edinstvo (Unité).

"Pour Togliatti, l'usine, c'est tout. Toute la ville a été construite autour" à l'époque soviétique, raconte Irina Mialkina, 33 ans, qui travaille dans un entrepôt de pièces détachées depuis onze ans. La construction de l'usine a commencé en 1966 avec le concours de Fiat dans cette ville nommée d'après le communiste italien Palmiro Togliatti.

Cette cité a connu la gloire à l'époque soviétique, le chaos des années 1990, puis une renaissance dans les années 2010 avec Renault, dont Togliatti est la première usine.

Avec l'offensive russe en Ukraine et les sanctions économiques internationales qui ont suivi, Togliatti et ses ouvriers se préparent à de nouvelles heures sombres.

"Lorsque j'ai commencé, j'étais pleine d'enthousiasme, j'espérais un bon revenu. J'espère toujours", raconte Irina, esquissant un sourire triste.

En attendant, le salaire baisse.

Du fait des sanctions, composants et pièces détachées n'arrivent plus. Les ouvriers sont au chômage technique, payés aux deux tiers. Irina touche donc 13.000 de ses 20.000 roubles mensuels, soit moins de 140 euros.

- Travailleurs pauvres -

"La hausse des prix est énorme et les gens sont nerveux", souffle-t-elle, l'inflation étant repartie au galop.

En 2018, l'avenir semblait pourtant radieux. Renault emmenait la presse, dont l'AFP, visiter son nouveau joyau industriel sur la Volga, rénové à grands frais.

Le groupe français avait fait entrer l'obsolète usine soviétique dans la modernité grâce à des milliards d'euros d'investissements. Mais en passant aussi par les coupes d'effectifs, le personnel - qui était de 120.000 personnes à l'époque soviétique - étant divisé par deux en dix ans, passant de 70.000 à 40.000 personnes (pour une ville de moins de 700.000 habitants).

"Il y a eu de nombreux problèmes liés au départ des employés, mais il y avait néanmoins une tendance positive claire. Un grand constructeur automobile russe était en train de naître", explique Andreï Iakovlev, de la Haute école d'économie de Moscou.

Un rêve à l'arrêt tout comme les chaînes de montage, dans la foulée de l'assaut sur l'Ukraine.

Les employés sont contraints de prendre en avril leurs trois semaines de congés d'été, pendant que Renault réfléchit à une sortie d'Avtovaz. La ville et son employeur sont donc aux abois, personne chez le géant industriel russe ne souhaitant s'exprimer.

Les portes de l'usine sont restées fermées pour l'AFP, tout comme celles du musée des Lada et de nombreux sous-traitants.

Lorsque l'AFP a filmait les alentours de l'usine, le service de sécurité d'Avtovaz a appelé la police qui a interrogé les journalistes et les a emmenés au poste.

Si pour l'heure, il n'y a pas eu de licenciements, beaucoup d'employés sont déjà obligés de prendre un deuxième emploi.

Leonid Emchanov, 31 ans, mécanicien pour un salaire qu'il juge "indigne", cumule avec un travail de gardien afin de nourrir sa femme et ses deux enfants.

- Partir -

L'effondrement d'Avtovaz serait aussi celui d'un pan entier de l'histoire industrielle russe.

Dans un garage souterrain, deux hommes en bleus de travail d'époque sont penchés sur les entrailles d'une Lada Niva des années 80, le 4x4 mythique, dont la carrosserie fraîchement repeinte brille en rouge.

"Depuis l'enfance, toute ma vie est liée à l'usine. Mon oncle est venu y travailler dans les années 70, puis mon père, puis ma mère et moi les avons rejoints (...). Tous nos proches à Togliatti travaillaient à l'usine et moi-même j'y ai travaillé. Je n'avais pas d'autre choix, tout est lié à l'entreprise", raconte Sergueï Diogrik.

A 43 ans, il s'occupe du club Lada History, réunissant des amateurs du monde entier de la voiture soviétique. Un temps mécanicien, il se consacre désormais à la restauration de Lada d'époque.

"C'était une production puissante. Le record au début des années 80 a été de 720.000 voitures par an", affirme-t-il, contre près de 300.000 voitures produites en 2021 à Togliatti, selon le cabinet Inovev.

"C'était à la mode de venir ici. Maintenant la mode pour les jeunes, c'est de partir à Moscou ou ailleurs", regrette Sergueï.

Mais il veut garder espoir, car Togliatti a réussi à survivre au chaos et au banditisme des années 1990.

Le chercheur Iakovlev prévoit qu'Avtovaz "se concentrera sur des modèles dont la production est entièrement locale", prévoit-il, et ils "contacteront les Chinois".

Mais Avtovaz et sa ville usine pourraient avoir besoin de deux-trois ans pour se réinventer une fois de plus.

T.Harrison--TFWP