The Fort Worth Press - Dans les ports européens, la question du blocage des navires russes avance

USD -
AED 3.67301
AFN 73.000076
ALL 95.807189
AMD 406.22063
ANG 1.802129
AOA 831.501476
ARS 837.741575
AUD 1.527697
AWG 1.8
AZN 1.688836
BAM 1.810985
BBD 2.018954
BDT 109.744297
BGN 1.80811
BHD 0.376797
BIF 2864
BMD 1
BND 1.344488
BOB 6.909547
BRL 4.937495
BSD 0.99994
BTN 82.974013
BWP 13.688407
BYN 3.271865
BYR 19600
BZD 2.015658
CAD 1.350875
CDF 2760.00033
CHF 0.879755
CLF 0.035137
CLP 969.549853
CNY 7.189801
COP 3922
CRC 513.354723
CUC 1
CUP 26.5
CVE 102.349855
CZK 23.4178
DJF 177.719869
DKK 6.893202
DOP 58.750127
DZD 134.579474
EGP 30.900197
ERN 15
ETB 56.66982
EUR 0.924725
FJD 2.262994
FKP 0.791046
GBP 0.79173
GEL 2.644987
GGP 0.791046
GHS 12.50203
GIP 0.791046
GMD 67.752774
GNF 8615.000211
GTQ 7.799471
GYD 209.369835
HKD 7.821101
HNL 24.792828
HRK 7.030095
HTG 132.495035
HUF 358.062951
IDR 15662.55
ILS 3.679115
IMP 0.791046
INR 82.925977
IQD 1310
IRR 42030.000064
ISK 137.719815
JEP 0.791046
JMD 156.563529
JOD 0.708986
JPY 150.245501
KES 146.000071
KGS 89.430317
KHR 4081.999842
KMF 455.300609
KPW 900.045302
KRW 1334.22998
KWD 0.30772
KYD 0.833268
KZT 450.902592
LAK 20885.000657
LBP 89538.093103
LKR 311.528614
LRD 190.598309
LSL 18.960102
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.845013
MAD 10.078014
MDL 17.93871
MGA 4542.99974
MKD 57.00661
MMK 2099.882867
MNT 3411.928451
MOP 8.056447
MRU 39.749592
MUR 45.77015
MVR 15.415392
MWK 1682.999807
MXN 17.05616
MYR 4.794998
MZN 63.493403
NAD 18.960146
NGN 1607.00023
NIO 36.801632
NOK 10.49555
NPR 132.758309
NZD 1.618955
OMR 0.384972
PAB 0.999958
PEN 3.799012
PGK 3.735009
PHP 55.894995
PKR 279.501794
PLN 3.992736
PYG 7295.741913
QAR 3.640501
RON 4.601303
RSD 108.367009
RUB 92.005006
RWF 1273
SAR 3.750121
SBD 8.511255
SCR 13.445005
SDG 600.999951
SEK 10.370345
SGD 1.343955
SHP 1.263503
SLE 22.599439
SLL 19749.999824
SOS 571.49982
SRD 35.696051
STD 20697.981008
SVC 8.749358
SYP 13002.173019
SZL 18.959645
THB 35.850499
TJS 10.954539
TMT 3.5
TND 3.127011
TOP 2.36255
TRY 31.004335
TTD 6.79195
TWD 31.536007
TZS 2544.999585
UAH 38.631967
UGX 3892.718746
UYU 39.09386
UZS 12499.999744
VEF 3620191.687697
VES 36.249759
VND 24535
VUV 120.157688
WST 2.745477
XAF 607.387276
XAG 0.043699
XAU 0.000494
XCD 2.70255
XDR 0.754839
XOF 606.498106
XPF 110.674977
YER 248.824943
ZAR 18.941203
ZMK 9001.197181
ZMW 22.824099
ZWL 321.999592
  • AEX

    -1.5300

    846.79

    -0.18%

  • BEL20

    8.4400

    3677.35

    +0.23%

  • PX1

    17.1500

    7812.09

    +0.22%

  • ISEQ

    76.4400

    9513.58

    +0.81%

  • OSEBX

    -2.7800

    1260

    -0.22%

  • PSI20

    24.2800

    6250.49

    +0.39%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    5.2000

    2265.23

    +0.23%

  • N150

    10.3300

    3239.63

    +0.32%

Dans les ports européens, la question du blocage des navires russes avance
Dans les ports européens, la question du blocage des navires russes avance

Dans les ports européens, la question du blocage des navires russes avance

Après plusieurs jours d'incertitude, le Baltic Performer, un cargo bleu chargé de bananes d'Equateur, entre enfin dans le port d'Helsingborg, sous le ciel lourd de ce début de semaine du sud de la Suède.

Taille du texte:

Par solidarité avec l'Ukraine, l'un des deux grands syndicats suédois de dockers, Hamnarbetarförbundet, a pris la rare décision fin mars de refuser de toucher aux navires liés à la Russie.

Le vraquier de 150 mètres, opéré sous pavillon des Bahamas par une filiale suédoise de l'armateur russe Baltic Shipping basé à Saint-Pétersbourg, est parmi les premiers à être visé par ce boycott.

"On bloque tous les biens qui ont à voir avec la Russie et le régime", explique à l'AFP Rolf Lyktoft, qui dirige la section locale du syndicat.

Un prélude à une généralisation? La Commission européenne a proposé mardi aux 27 Etats membres de fermer les ports européens aux bateaux opérés par des Russes, dans le cadre d'un nouveau train de sanction discuté par l'UE.

L'Ukraine et son président Zelensky ont appelé à plusieurs reprises l'Europe à bloquer tous les navires liés à la Russie.

"Il faut clairement accroître encore notre pression" sur Moscou, a estimé mardi la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, avant une réunion mercredi à Bruxelles.

Pour l'heure, ni l'Union ni aucun de ses 27 Etats membres au niveau national n'ont fait ce choix, à la différence du Royaume-Uni début mars.

- 270 navires par mois -

Selon les analystes, l'hésitation est notamment liée aux conséquences importantes que pourrait avoir le blocus sur l'approvisionnement en pétrole russe, que l'UE a pour l'heure largement gardé hors de ses sanctions.

A Helsingborg, Rolf Lyktoft souhaite que le mouvement de ses quelque 1.400 camarades, qui en terme de marchandises reste symbolique, fasse boule de neige.

"On espère que l'IDC (Conseil international des travailleurs portuaires) décide de monter d'un cran, qu'on choisisse au niveau mondial de ne pas toucher les biens russes", dit-il.

La direction du port fait profil bas mais a finalement réussi à faire décharger lundi le Baltic Performer, en fin de journée et à l'abri des regards.

Attendu samedi, le navire revenant d'Amérique du Sud n'avait pu être accueilli, faute d'employés acceptant de décharger, contraignant à décaler son arrivée.

Le blocus choisi par le syndicat suédois inclut les navires battant pavillon russe, ceux possédés par une entreprise russe sous un autre pavillon, ou encore à destination ou en provenance de Russie.

La direction a pu compter in extremis sur les bras des "Transportarbetare", l'autre syndicat de dockers.

"On trouve qu'ils n'auraient pas dû faire rentrer le bateau dans le port, mais les autorités portuaires l'ont fait", déplore à l'AFP son président Tommy Wreeth.

La semaine dernière, son organisation a aussi décrété un blocus - mais seulement à partir du 1er mai, pour donner du temps aux armateurs.

D'après ses données, 270 navires sous pavillon russe ou liés à la Russie ont mouillé dans des ports européens le mois dernier, dont quatre en Suède.

- Perturbations à court terme -

Le Royaume-Uni a interdit début mars l'accès à ses ports des navires liés à la Russie, même si des cargaisons russes - notamment du pétrole - peuvent en pratique encore entrer sur d'autres bateaux.

Ailleurs en Europe, les initiatives sont restées limitées, comme au grand port français du Havre, où la CGT dockers s'est refusée à suspendre le déchargement des bateaux russes.

"Ça ne peut être qu'une décision prise à l'échelle européenne", justifie Johan Fortier, représentant du syndicat dans le deuxième port français, interrogé avant l'annonce d'une possible décision de l'UE.

"Sinon, le port du Havre ou les ports français vont se tirer une balle dans le pied, avec des trafics qui vont se déporter vers les ports qui ferment les yeux".

Le 3 mars, le grand port de Hambourg a suspendu l'ensemble des transbordements vers et depuis la Russie, par prévention.

Mais trois semaines plus tard, les opérations ont "repris de manière limitée", a expliqué un porte-parole, au motif que "toutes les marchandises ne figurent pas sur la liste de sanctions de l’UE".

En cas de nouvelles sanctions, l'unanimité est requise mercredi à Bruxelles lors de la réunion des ambassadeurs à l'UE.

Si les 27 choisissaient d'imiter Londres et que la Russie décidait de représailles contre les navires de l'UE, "cela pourrait perturber significativement les exportations russes à court terme", note Niels Rasmussen, analyste en chef à l'organisation d'armateurs Bimco.

"A moyen terme cependant, il est probable que des navires non russes et non européens se positionnent sur la liaison Russie-Europe" tandis que les tankers sous sanctions "iraient sur d'autres marchés", dit-il à l'AFP.

burs-cbw-map/abx

T.Harrison--TFWP