The Fort Worth Press - La banane d'Equateur, premier exportateur mondial, subit la guerre en Ukraine

USD -
AED 3.672997
AFN 72.498872
ALL 95.650422
AMD 406.14512
ANG 1.801734
AOA 831.000162
ARS 841.142225
AUD 1.527592
AWG 1.8
AZN 1.698055
BAM 1.80083
BBD 2.018498
BDT 109.7182
BGN 1.803396
BHD 0.376922
BIF 2866
BMD 1
BND 1.342989
BOB 6.923158
BRL 4.933899
BSD 0.999673
BTN 82.815209
BWP 13.751226
BYN 3.271567
BYR 19600
BZD 2.015008
CAD 1.35325
CDF 2769.999893
CHF 0.879245
CLF 0.03557
CLP 981.479938
CNY 7.198403
COP 3931.71
CRC 514.333857
CUC 1
CUP 26.5
CVE 102.000046
CZK 23.356602
DJF 177.720166
DKK 6.875081
DOP 58.72499
DZD 134.637031
EGP 30.901602
ERN 15
ETB 56.715011
EUR 0.922335
FJD 2.263504
FKP 0.788585
GBP 0.78865
GEL 2.659758
GGP 0.788585
GHS 12.575005
GIP 0.788585
GMD 67.896955
GNF 8597.498491
GTQ 7.80248
GYD 209.158752
HKD 7.824445
HNL 24.769971
HRK 7.030095
HTG 132.709669
HUF 360.710192
IDR 15658.1
ILS 3.60829
IMP 0.788585
INR 82.94605
IQD 1310
IRR 42042.510825
ISK 137.710032
JEP 0.788585
JMD 155.842003
JOD 0.709005
JPY 150.5225
KES 145.999742
KGS 89.429694
KHR 4080.000017
KMF 453.949659
KPW 899.994433
KRW 1331.914972
KWD 0.30769
KYD 0.833084
KZT 449.967775
LAK 20870.000044
LBP 89700.000012
LKR 310.468649
LRD 190.796279
LSL 19.080261
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.840319
MAD 10.063989
MDL 17.794515
MGA 4545.000265
MKD 56.8142
MMK 2099.346285
MNT 3402.777104
MOP 8.057345
MRU 39.930263
MUR 45.706908
MVR 15.393911
MWK 1682.999644
MXN 17.069799
MYR 4.759031
MZN 63.49719
NAD 19.080446
NGN 1579.079484
NIO 36.770172
NOK 10.53495
NPR 132.50404
NZD 1.620495
OMR 0.38493
PAB 0.999632
PEN 3.800998
PGK 3.72475
PHP 56.089047
PKR 279.485341
PLN 3.97185
PYG 7278.335328
QAR 3.640503
RON 4.581297
RSD 108.093981
RUB 92.050294
RWF 1291.5
SAR 3.750321
SBD 8.475185
SCR 13.497187
SDG 600.999699
SEK 10.30927
SGD 1.344196
SHP 1.26825
SLE 22.506526
SLL 19750.000036
SOS 571.500471
SRD 35.30297
STD 20697.981008
SVC 8.746852
SYP 13001.799027
SZL 19.079623
THB 35.89102
TJS 10.95645
TMT 3.51
TND 3.11975
TOP 2.36255
TRY 31.149299
TTD 6.785966
TWD 31.591002
TZS 2549.999741
UAH 38.270141
UGX 3930.740156
UYU 39.066204
UZS 12529.999923
VEF 3602106.910905
VES 36.02554
VND 24635
VUV 119.966238
WST 2.723064
XAF 603.964699
XAG 0.044567
XAU 0.000493
XCD 2.70255
XDR 0.753256
XOF 603.498241
XPF 115.504591
YER 250.350419
ZAR 19.093302
ZMK 9001.201177
ZMW 23.192903
ZWL 321.999592
  • AEX

    0.0900

    852.98

    +0.01%

  • BEL20

    11.4200

    3696.65

    +0.31%

  • PX1

    18.2400

    7948.4

    +0.23%

  • ISEQ

    40.6500

    9495.06

    +0.43%

  • OSEBX

    -2.2700

    1260.06

    -0.18%

  • PSI20

    40.1700

    6220.07

    +0.65%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -0.2300

    2294.64

    -0.01%

  • N150

    2.6200

    3273.12

    +0.08%

La banane d'Equateur, premier exportateur mondial, subit la guerre en Ukraine
La banane d'Equateur, premier exportateur mondial, subit la guerre en Ukraine

La banane d'Equateur, premier exportateur mondial, subit la guerre en Ukraine

L'Equateur, premier exportateur mondial de bananes, subit les conséquences des sanctions internationales contre la Russie: invendus, surproduction et baisse des cours entraînent l'arrêt de sites de production et chômage forcé.

Taille du texte:

Destination de 21% des exportations équatoriennes de bananes (698 millions de dollars par an), la Russie a cessé de recevoir des cargaisons depuis son invasion de l'Ukraine.

Dans la banlieue d'El Triunfo, une ville proche de Guayaquil, où se trouve le principal port de l'Equateur, le ballet des camions de transport s'est brutalement arrêté.

Les tapis roulants sont silencieux, les bassins de nettoyage sont vides et les régimes de bananes stockés pourraient remplir six conteneurs de fret, déplore Mireya Carrera.

"J'avais l'habitude de remplir trois conteneurs par semaine, avec près de 3.000 caisses de 20 kg chacune", déplore la cheffe d'entreprise de 62 ans qui cultive depuis 35 ans 28 hectares de bananeraies étiquetées "Chiquita". "Aujourd'hui, j'ai 7.000 grappes sans acheteur", souffle-t-elle, dépitée, auprès de l'AFP.

Elle affirme qu'elle n'a jamais eu à affronter pareille crise car à la chute des exportations s'agrège une chute vertigineuse des cours sur le marché local en raison des invendus.

"Chaque année revient le problème des prix trop bas, mais aujourd'hui il m'est impossible de signer un contrat" d'achat décent, alors "je préfère donner" les bananes, dit Mireya Carrera dont les employés sont partis d'eux-mêmes, car elle ne peut "pas les payer".

- "Insulte"

Selon la Banque mondiale, l'Equateur était en 2020 le premier exportateur mondial de bananes (3,83 milliards de dollars de recettes), devant les Philippines (1,66) et le Costa Rica (1,28). Cette même année, les Etats-Unis (2,58 milliards de dollars) étaient le principal importateur, devant la Chine (959 millions) et le Japon (902).

Mais l'Equateur est fortement dépendant du marché russe.

"Une banane sur cinq que l'Equateur produit va en Russie, soit 20% de notre production, et 2% en Ukraine. Cette guerre nous a vraiment affectés", se désole Franklin Torres, président de la Fédération nationale des producteurs de bananes (Fenabe).

Et "dès la première semaine de guerre, les caisses de bananes destinées à ces deux marchés ont dû être réorientées, provoquant une baisse des prix", souligne le directeur de l'Association des exportateurs de bananes (Aebe), José Antonio Hidalgo.

"Le coût de production est supérieur à 5,50 dollars par caisse et le prix plancher est de 6,25 dollars par caisse", explique M. Torres. Or, les acheteurs proposent actuellement "un dollar, deux dollars tout au plus", "c'est vraiment une insulte commerciale" s'emporte-t-il, "on a perdu plus de dix millions de dollars en trois semaines".

Au total, ce sont un million de caisses qui n'ont pas trouvé preneur et "les autres marchés, voyant qu'il y a un excédent en Equateur, commencent à tirer les prix vers le bas", constate également le président de l'Association de commercialisation et d'exportation de la banane (Acorbanec), Richard Salazar.

L'industrie bananière équatorienne génère quelque 50.000 emplois directs et 250.000 emplois indirects. Selon l'Acorbanec, la guerre en Ukraine a déjà mis au chômage quelque 6.000 travailleurs permanents.

- Utopique -

Dans la plantation El Porvenir, située dans la ville voisine de Puerto Inca, les difficultés s'accumulent également.

"Cette semaine, nous avons placé un conteneur avec 1.080 caisses de bananes et ce qui nous est payé" en dessous du cours officiel "sert à régler les salaires" déjà réduits de 50% en mars, explique son administratrice Lourdes Cedeño.

Or les frais fixes eux ne diminuent pas et 1.500 dollars partent hebdomadairement dans le traitement anti-fongique des 25 hectares contre la maladie foliaire du bananier.

Les producteurs, qui ont manifesté leur colère la semaine dernière à Guayaquil en distribuant gratuitement des bananes, appellent à l'aide le gouvernement, souhaitant qu'il achète les invendus russes pour ses programmes d'aide alimentaire.

Le président Guillermo Lasso leur a donné une fin de non-recevoir, estimant que cette idée "n'est pas réaliste" et qu'il leur faut "chercher d'autres marchés".

Mais pour le directeur de l'Acorbanec, "trouver une autre destination est utopique. Il n'y a pas de marché dans le monde qui puisse acheter autant (de bananes d'Equateur) que la Russie".

H.M.Hernandez--TFWP