The Fort Worth Press - Du producteur au consommateur, l'inflation en tête des préoccupations

USD -
AED 3.672499
AFN 73.765966
ALL 95.771398
AMD 406.22063
ANG 1.802129
AOA 831.493234
ARS 837.842221
AUD 1.525349
AWG 1.8
AZN 1.705548
BAM 1.810985
BBD 2.018954
BDT 109.744297
BGN 1.80753
BHD 0.376842
BIF 2864
BMD 1
BND 1.344488
BOB 6.909547
BRL 4.936505
BSD 0.99994
BTN 82.974013
BWP 13.688407
BYN 3.271865
BYR 19600
BZD 2.015658
CAD 1.34955
CDF 2759.999964
CHF 0.879245
CLF 0.035142
CLP 969.679967
CNY 7.189098
COP 3925.2
CRC 513.354723
CUC 1
CUP 26.5
CVE 102.349864
CZK 23.393796
DJF 177.720273
DKK 6.887702
DOP 58.750193
DZD 134.332579
EGP 30.891897
ERN 15
ETB 56.66967
EUR 0.924004
FJD 2.263008
FKP 0.791046
GBP 0.79109
GEL 2.645005
GGP 0.791046
GHS 12.492558
GIP 0.791046
GMD 67.698111
GNF 8614.999656
GTQ 7.799471
GYD 209.369835
HKD 7.82085
HNL 24.801786
HRK 7.030095
HTG 132.495035
HUF 357.86801
IDR 15653
ILS 3.679115
IMP 0.791046
INR 82.93795
IQD 1310
IRR 42029.999902
ISK 137.579891
JEP 0.791046
JMD 156.563529
JOD 0.708984
JPY 150.393502
KES 145.999969
KGS 89.430172
KHR 4082.000014
KMF 455.299822
KPW 900.045302
KRW 1333.724975
KWD 0.30773
KYD 0.833268
KZT 450.902592
LAK 20884.999909
LBP 89538.093103
LKR 311.528614
LRD 190.550609
LSL 18.959916
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.844974
MAD 10.078036
MDL 17.93871
MGA 4542.999662
MKD 56.951819
MMK 2099.882867
MNT 3411.928451
MOP 8.056447
MRU 39.750416
MUR 45.769858
MVR 15.397632
MWK 1682.99988
MXN 17.04976
MYR 4.791504
MZN 63.497222
NAD 18.9596
NGN 1607.000154
NIO 36.799662
NOK 10.47488
NPR 132.758309
NZD 1.616815
OMR 0.384928
PAB 0.999958
PEN 3.79896
PGK 3.734958
PHP 55.928016
PKR 279.498937
PLN 3.989855
PYG 7295.741913
QAR 3.640498
RON 4.598703
RSD 108.27702
RUB 92.005026
RWF 1273
SAR 3.75009
SBD 8.511255
SCR 13.444532
SDG 601.00002
SEK 10.359275
SGD 1.343705
SHP 1.263499
SLE 22.599439
SLL 19750.00002
SOS 571.481732
SRD 35.696028
STD 20697.981008
SVC 8.749358
SYP 13002.173019
SZL 18.960126
THB 35.87102
TJS 10.954539
TMT 3.5
TND 3.127023
TOP 2.36255
TRY 31.030202
TTD 6.79195
TWD 31.442198
TZS 2544.999893
UAH 38.631967
UGX 3892.718746
UYU 39.09386
UZS 12499.999601
VEF 3620191.687697
VES 36.249759
VND 24535
VUV 120.157688
WST 2.745477
XAF 607.387276
XAG 0.043648
XAU 0.000494
XCD 2.70255
XDR 0.754839
XOF 606.499053
XPF 110.674985
YER 248.825014
ZAR 18.916445
ZMK 9001.198249
ZMW 22.824099
ZWL 321.999592
  • AEX

    -1.5300

    846.79

    -0.18%

  • BEL20

    8.4400

    3677.35

    +0.23%

  • PX1

    17.1500

    7812.09

    +0.22%

  • ISEQ

    76.4400

    9513.58

    +0.81%

  • OSEBX

    -2.7800

    1260

    -0.22%

  • PSI20

    24.2800

    6250.49

    +0.39%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    5.2000

    2265.23

    +0.23%

  • N150

    10.3300

    3239.63

    +0.32%

Du producteur au consommateur, l'inflation en tête des préoccupations
Du producteur au consommateur, l'inflation en tête des préoccupations

Du producteur au consommateur, l'inflation en tête des préoccupations

Des agriculteurs aux commerçants, l'inflation est devenue la première préoccupation et tous disent déjà subir les effets de la hausse des prix, surtout depuis que "tout a volé en éclats avec la guerre en Ukraine".

Taille du texte:

"On voit bien que les prix commencent à grimper", indique à l'AFP Emily Mayer, experte des produits de grande consommation à l'institut IRI, qui publie chaque mois un relevé des prix en grandes surfaces.

"En février, on avait mesuré une augmentation de 0,6% par rapport à 2021, en mars on est à 1,5%."

Ce mouvement va s'amplifier car les industriels de l'alimentation ont globalement obtenu de vendre leurs produits plus cher aux supermarchés, à l'issue des dernières négociations commerciales closes le 1er mars et ce, d'autant plus que le gouvernement a déjà demandé aux acteurs de se remettre autour de la table.

Les agro-industriels ont de nouveaux surcoûts à répercuter avec la guerre en Ukraine - producteur agricole de premier plan empêché d'exporter - et la grippe aviaire qui décime les élevages. Le prix de nombreux ingrédients flambe: farine, huiles, blé, lait, oeufs et viande...

Lors des négociations, "on avait fait des prévisions basées sur des estimations de prix en octobre", qui n'ont rien à voir avec les "proportions ahurissantes" actuelles des surcoûts, relève auprès de l'AFP Didier Boudy, qui préside la fédération regroupant les industriels de la boulangerie-pâtisserie (FEB).

Le beurre - "essentiel, on en met partout" - était à 7,50 euros le kilo fin mars, illustre-t-il. "En octobre-novembre, on tablait sur 5 euros et il y a deux ans, on était à 3,50 euros."

"Tout a volé en éclats depuis la guerre en Ukraine", constate Frédéric Chartier, à la tête notamment d'un élevage de 40.000 poules en plein air dans les Côtes-d'Armor.

D'ici juillet, il estime que l'alimentation de ses volailles coûtera 500 euros de plus par jour, soit 15.000 euros supplémentaires par mois. Il faudrait dès lors "augmenter le prix de vente de 1,35 centime en moyenne par œuf, ce qui est vraiment conséquent".

Les industriels sont aussi frappés par la hausse de l'énergie, du transport et des emballages.

- Sentiment de "déclassement" -

De leur côté, les supermarchés essaient de répercuter le moins de hausse de prix possible pour garder leurs clients.

Emily Mayer anticipe "5% au total" d'augmentation moyenne des prix, soit "le niveau observé en 2008".

Une moyenne qui masque des disparités selon les produits: les pâtes ont déjà beaucoup augmenté, de 13% par rapport à 2021, les huiles de 7,4%, la farine de 7,1%, le sucre de 4,2%, énumère Emily Mayer, et le mouvement pourrait se poursuivre.

Cela ne sera pas neutre pour de nombreux consommateurs, à commencer par les plus modestes, rappelle le président de l'association de consommateurs UFC-Que Choisir, Alain Bazot. "Pour les 20% les moins aisés, l'alimentation pèse 17% du budget, contre 10% pour les 20% les plus aisés."

En outre, "d'autres postes de dépenses contraints ont énormément augmenté et pèsent sur le budget des Français", note Emily Mayer, qui attend à la fois une "régulation sur la quantité" de la part des consommateurs, notamment sur les achats "plaisir", la confiserie, la beauté par exemple, et une quête des achats moins chers.

Parmi les Français les moins aisés, ceux "qui consomment plutôt des produits de marque nationale vont se tourner vers les marques de distributeurs, ceux qui achètent des marques de distributeurs vers des premiers prix", estime aussi Alain Bazot, qui alerte sur le sentiment de "déclassement" qui pourrait émaner de la "frustration de ne pas consommer comme on le voudrait".

T.Harrison--TFWP