The Fort Worth Press - De 2012 à 2022, comment "la finance" est passée sous les radars de la présidentielle

USD -
AED 3.672504
AFN 73.671318
ALL 95.840841
AMD 404.387377
ANG 1.800674
AOA 831.503981
ARS 837.498454
AUD 1.525553
AWG 1.8
AZN 1.70397
BAM 1.804826
BBD 2.017349
BDT 109.657177
BGN 1.804826
BHD 0.376505
BIF 2854.150325
BMD 1
BND 1.343423
BOB 6.903521
BRL 4.957689
BSD 0.999123
BTN 83.045541
BWP 13.79043
BYN 3.26969
BYR 19600
BZD 2.013934
CAD 1.34865
CDF 2765.000362
CHF 0.88059
CLF 0.035523
CLP 978.692382
CNY 7.195404
COP 3925.160338
CRC 514.09588
CUC 1
CUP 26.5
CVE 101.753334
CZK 23.428104
DJF 177.917224
DKK 6.88885
DOP 58.708993
DZD 134.49804
EGP 30.846676
ERN 15
ETB 56.665529
EUR 0.92305
FJD 2.235204
FKP 0.788863
GBP 0.788706
GEL 2.650391
GGP 0.788863
GHS 12.539104
GIP 0.788863
GMD 67.27504
GNF 8587.643612
GTQ 7.807872
GYD 209.034282
HKD 7.82285
HNL 24.669404
HRK 7.030095
HTG 132.505883
HUF 359.530388
IDR 15594.15
ILS 3.63115
IMP 0.788863
INR 82.88205
IQD 1308.817423
IRR 42032.503818
ISK 137.803816
JEP 0.788863
JMD 156.268168
JOD 0.70904
JPY 150.48504
KES 143.376551
KGS 89.430385
KHR 4071.425276
KMF 454.950384
KPW 899.999196
KRW 1331.00035
KWD 0.30774
KYD 0.832649
KZT 450.615974
LAK 20847.136991
LBP 89392.977437
LKR 310.644581
LRD 190.650382
LSL 19.190382
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.826282
MAD 10.030637
MDL 17.88954
MGA 4532.828865
MKD 56.863378
MMK 2098.186684
MNT 3406.327173
MOP 8.051216
MRU 39.750379
MUR 45.620379
MVR 15.403741
MWK 1681.908365
MXN 17.116204
MYR 4.777504
MZN 63.503732
NAD 19.190377
NGN 1607.000344
NIO 36.773866
NOK 10.600505
NPR 132.87316
NZD 1.613684
OMR 0.38496
PAB 0.999123
PEN 3.786924
PGK 3.807502
PHP 55.935039
PKR 279.13007
PLN 3.979237
PYG 7273.566188
QAR 3.640504
RON 4.597904
RSD 108.141928
RUB 93.055038
RWF 1274.304434
SAR 3.750554
SBD 8.500465
SCR 13.403497
SDG 601.00034
SEK 10.292915
SGD 1.343038
SHP 1.26625
SLE 22.483622
SLL 19750.000338
SOS 571.503664
SRD 35.701038
STD 20697.981008
SVC 8.742675
SYP 13001.869854
SZL 19.261754
THB 35.930369
TJS 10.940433
TMT 3.51
TND 3.123504
TOP 2.360304
TRY 30.818685
TTD 6.790938
TWD 31.617038
TZS 2547.778342
UAH 38.242329
UGX 3931.158584
UYU 39.080884
UZS 12479.121488
VEF 3618584.714698
VES 36.186223
VND 24640
VUV 120.023184
WST 2.739916
XAF 605.321829
XAG 0.043588
XAU 0.000491
XCD 2.70255
XDR 0.75421
XOF 605.321829
XPF 110.380364
YER 250.350363
ZAR 19.25804
ZMK 9001.203589
ZMW 22.954829
ZWL 321.999592
  • AEX

    -2.5700

    854.97

    -0.3%

  • BEL20

    11.4600

    3707.48

    +0.31%

  • PX1

    55.3800

    7966.68

    +0.7%

  • ISEQ

    98.4900

    9660.86

    +1.03%

  • OSEBX

    -2.7800

    1260.8

    -0.22%

  • PSI20

    42.7800

    6242.11

    +0.69%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    7.0800

    2291.87

    +0.31%

  • N150

    0.6500

    3268.76

    +0.02%

De 2012 à 2022, comment "la finance" est passée sous les radars de la présidentielle
De 2012 à 2022, comment "la finance" est passée sous les radars de la présidentielle

De 2012 à 2022, comment "la finance" est passée sous les radars de la présidentielle

Adversaire de François Hollande lors de la campagne de 2012, "le monde de la finance" a, dix ans plus tard, presque disparu des discours des candidats à l'élection présidentielle. Et ce malgré les profits records réalisés par les banques en pleine crise du Covid-19.

Taille du texte:

Entre la promesse d'assouplir les conditions d'obtention de crédits immobiliers chez Eric Zemmour ou un plus grand contrôle et une hausse des taxes pour les banques chez Jean-Luc Mélenchon, plusieurs candidats ont fait des propositions pour le secteur, mais celles-ci sont rarement mises en avant et figurent peu dans le débat politique.

La finance n'est pas la seule absente, alors que la pandémie de Covid-19 et plus récemment la guerre en Ukraine ont relégué au second plan nombre de sujets.

Mais le contraste avec les précédentes campagnes présidentielles est saisissant. Comparé à 2012 surtout, quand le candidat du Parti socialiste, François Hollande, désignait "le monde de la finance" comme son "adversaire".

Parmi ses promesses de campagnes de l'époque: la séparation des activités de banque d'affaires et de banque de détail, et une augmentation des taxes, dans la foulée de deux crises successives, celle des "subprimes" et de la dette.

Les banques "étaient accusées d'avoir pris des risques excessifs, en exposant les déposants et en forçant les Etats à intervenir pour les sauver", se souvient auprès de l'AFP Eric Dor, directeur des études économiques de l'IESEG School of Management à Paris et Lille.

"Beaucoup de temps s'est écoulé depuis", poursuit-il, précisant que la réforme promise avait finalement été largement vidée de son contenu originel une fois le candidat socialiste élu.

A l'époque, "il y avait aussi un affrontement gauche-droite plus traditionnel avec des positions idéologiques qui pouvaient s'attacher facilement sur ce sujet et sur ce secteur", complète Bruno Jeanbart, vice-président de l'institut OpinionWay.

- Ancien banquier -

En 2017, si le sujet est déjà moins prégnant dans la campagne, les adversaires d'Emmanuel Macron l'attaquent, entre autres, sur son profil d'ancien associé-gérant à la banque Rothschild.

Dépeint en représentant de la "finance", notamment par Marine Le Pen dans l'entre-deux tours, M. Macron se voit obligé de se défendre d'être "soumis aux banques".

Le candidat avait alors appelé à "ne jamais être caricatural", "parce que les banques, on les déteste jusqu'au jour où on a besoin d'elles pour se financer".

Aujourd'hui, s'il demeure "des réminiscences" de son passé de banquier d'affaires, notamment avec la polémique sur le recours aux cabinets de conseil, en particulier McKinsey, explique Bruno Jeanbart, "c'est moins au coeur du débat".

Les critiques "vont plus s'organiser autour de ce qu'il a fait comme président que sur ce qui s'est passé avant", explique-t-il.

- Éclipsé par le climat -

En 2022, plusieurs candidats, notamment à gauche, continuent de proposer une plus grande régulation du secteur financier: réelle séparation des banques d'affaires et de détail pour Jean-Luc Mélenchon, "malus prudentiel" (qui exigerait plus de réserves en capital, nldr) pour les établissements finançant les énergies fossiles pour Yannick Jadot, ou "réquisition des banques" et regroupement dans un monopole sous contrôle des salariés et de la population pour le candidat du NPA Philippe Poutou.

A droite et à l'extrême droite, outre la promesse d'Eric Zemmour sur les crédits immobiliers, Marine Le Pen souhaite la création d'un "fonds souverain français" pour augmenter la rémunération de l'épargne et l'orienter vers "des secteurs stratégiques et de l'innovation". Quant à Valérie Pécresse, elle propose une "Banque nationale des jeunes" avec un remboursement des crédits différé, et une "Banque des Outre-mer".

Emmanuel Macron est lui resté prudent sur le sujet de la finance.

Mais, par rapport à il y a dix ans, "l'indignation de l'opinion publique a été canalisée vers toutes les entreprises responsables d'émissions excessives de carbone, du réchauffement climatiques", affirme Eric Dor.

Dans ce cadre, les banques passent entre les gouttes malgré les accusations des ONG sur le financement des énergies fossiles, et ce alors que le secteur a enregistré des bénéfices historiques en 2021, comme dans le cas de la BNP Paribas, du Crédit Agricole ou de la Société Générale.

Du point de vue de l'opinion publique, les grands groupes pétroliers "sont un peu les banques d'il y a dix ans", relève M. Dor.

P.McDonald--TFWP