The Fort Worth Press - "Noël au balcon, Pâques au tison": début avril, la France agricole se met en mode combat face au froid

USD -
AED 3.67285
AFN 73.13357
ALL 95.849301
AMD 405.46655
ANG 1.799898
AOA 828.513972
ARS 841.749999
AUD 1.539101
AWG 1.8
AZN 1.701579
BAM 1.805976
BBD 2.01651
BDT 109.607003
BGN 1.80443
BHD 0.376986
BIF 2853.594349
BMD 1
BND 1.34466
BOB 6.901519
BRL 4.978703
BSD 0.998753
BTN 82.806224
BWP 13.78457
BYN 3.268689
BYR 19600
BZD 2.013094
CAD 1.35863
CDF 2769.999636
CHF 0.880155
CLF 0.035433
CLP 977.580344
CNY 7.195098
COP 3924.94
CRC 513.597119
CUC 1
CUP 26.5
CVE 101.819105
CZK 23.4072
DJF 177.847546
DKK 6.88097
DOP 58.608431
DZD 134.330979
EGP 30.901497
ERN 15
ETB 56.664943
EUR 0.923135
FJD 2.27435
FKP 0.78944
GBP 0.79065
GEL 2.660326
GGP 0.78944
GHS 12.584145
GIP 0.78944
GMD 67.897324
GNF 8583.116331
GTQ 7.79445
GYD 208.947782
HKD 7.82705
HNL 24.662265
HRK 7.030095
HTG 132.731269
HUF 362.952003
IDR 15721.7
ILS 3.5845
IMP 0.78944
INR 82.90765
IQD 1308.266233
IRR 42042.501624
ISK 137.819724
JEP 0.78944
JMD 155.989141
JOD 0.709011
JPY 149.97204
KES 147.079741
KGS 89.420703
KHR 4065.783885
KMF 454.349744
KPW 900.053605
KRW 1336.055033
KWD 0.30771
KYD 0.832248
KZT 449.846256
LAK 20844.992381
LBP 89442.489726
LKR 309.805442
LRD 190.795316
LSL 19.079809
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.827554
MAD 10.125768
MDL 17.793785
MGA 4521.907752
MKD 56.807129
MMK 2097.326746
MNT 3398.173417
MOP 8.050713
MRU 39.930005
MUR 45.750043
MVR 15.39797
MWK 1681.148714
MXN 17.076298
MYR 4.745503
MZN 63.501438
NAD 19.080516
NGN 1630.660041
NIO 36.761039
NOK 10.61046
NPR 132.489958
NZD 1.64426
OMR 0.384949
PAB 0.998753
PEN 3.784073
PGK 3.807193
PHP 56.152996
PKR 278.764117
PLN 3.982548
PYG 7287.501731
QAR 3.640498
RON 4.587702
RSD 108.17597
RUB 92.049804
RWF 1274.562311
SAR 3.750265
SBD 8.475185
SCR 13.531426
SDG 601.000353
SEK 10.35277
SGD 1.34538
SHP 1.26825
SLE 22.748055
SLL 19750.00024
SOS 571.498309
SRD 35.330262
STD 20697.981008
SVC 8.738931
SYP 13001.958869
SZL 19.232652
THB 35.920995
TJS 10.961004
TMT 3.51
TND 3.119749
TOP 2.370702
TRY 31.2243
TTD 6.780428
TWD 31.644026
TZS 2550.000318
UAH 38.105268
UGX 3934.62302
UYU 39.023399
UZS 12468.604565
VEF 3604243.760226
VES 36.02554
VND 24650
VUV 120.204805
WST 2.741326
XAF 605.707505
XAG 0.044758
XAU 0.000493
XCD 2.70255
XDR 0.752482
XOF 605.713098
XPF 115.503238
YER 250.34984
ZAR 19.230445
ZMK 9001.201353
ZMW 23.194763
ZWL 321.999592
  • AEX

    -2.1200

    845.31

    -0.25%

  • BEL20

    -12.2100

    3687.76

    -0.33%

  • PX1

    -5.5700

    7949.02

    -0.07%

  • ISEQ

    -17.1500

    9513.11

    -0.18%

  • OSEBX

    1.2600

    1265.11

    +0.1%

  • PSI20

    4.9500

    6197.15

    +0.08%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -45.2000

    2249.36

    -1.97%

  • N150

    -0.6500

    3261.95

    -0.02%

"Noël au balcon, Pâques au tison": début avril, la France agricole se met en mode combat face au froid
"Noël au balcon, Pâques au tison": début avril, la France agricole se met en mode combat face au froid

"Noël au balcon, Pâques au tison": début avril, la France agricole se met en mode combat face au froid

"On a eu Noël au balcon, on va avoir Pâques au tison": la France viticole et agricole qui grelotte s'est mise en mode combat dimanche face au gel printanier qui menace de détruire les fragiles bourgeons, et donc les futures récoltes 2022, dans de nombreuses régions.

Taille du texte:

Dimanche dans le Haut-Rhin, au nord d'une "diagonale du froid" qui s'étend du nord-est au sud-ouest de la France, la situation était "personnellement compliquée à vivre" pour Thomas Muré, un viticulteur qui cultive des cépages "très précoces" de Gewurztraminer et de pinot.

"Ces pousses vont mourir ce soir", dit le vigneron qui ne dispose ni de chaufferettes pour réchauffer de quelques degrés ses rangées de cépages, ni de systèmes d'aspersion utilisés dans d'autres régions pour enserrer dans une gangue de glace protectrice les bourgeons naissants, et ainsi les protéger des morsures du vent et du froid.

A l'autre bout de la diagonale, à Bergerac (Dordogne), où le thermomètre est descendu à -5,1 degrés, un record pour un mois d'avril, Eric Chadourne, viticulteur et président de l'interprofession des vins de Bergerac et Duras a été frappé par la durée du gel: "trois ou quatre heures" entre -3 et -5 degrés dans la nuit de samedi à dimanche.

"Il va y avoir de la casse", prédit ce vigneron qui a mis son éolienne en route dès 22H30 samedi pour brasser l'air autour de ses vignes, et ainsi essayer d'empêcher le gel de détruire les jeunes pousses tout juste apparues.

"La vallée de la Garonne a été particulièrement touchée dans la nuit de samedi à dimanche et on a enregistré de nombreux records de températures à la baisse", confirme Tristan Amm, prévisionniste à Météo-France.

- "Fortes gelées" attendues -

En moyenne, en France, les températures dimanche étaient de six degrés au-dessous de la moyenne de saison, selon Météo-France. Une vague d'air polaire venue de Scandinavie zèbre le pays du nord-est au sud-ouest et favorisera les gels nocturnes, surtout lorsque le ciel sera dégagé lundi et mardi, indique Météo-France.

L'organisme prévoit de nouveau de "fortes gelées" dans la nuit de dimanche à lundi, sur le même axe, de l'Alsace aux Pyrénées en passant par le Centre-Est et le Massif Central. "Dans la région de Nevers, les températures pourront descendre à -7 degrés", indique M. Amm.

Il met en garde aussi contre le risque de verglas sur les routes dans les mêmes régions.

Le gestionnaire du réseau électrique RTE a de son côté prévu une situation tendue lundi matin, pour la même raison, en appelant entreprises et particuliers à freiner leur consommation d'électricité, notamment entre 07H00 et 10H00 pour les appareils électroménagers.

Côté agriculture, dans le Tarn-et-Garonne, Pierre Bonnet, arboriculteur, a passé une nuit blanche samedi avec des températures descendues à -4 degrés sur ses terres. "La différence avec l'an dernier est que cette température est la même dans les bas-fonds des champs que sur les coteaux", dit-il à l'AFP, craignant pour les variétés précoces de prunes.

Dans le même département, Béatrice Lamanerie, arboricultrice à Lizac, a lancé à minuit l'aspersion sur ses arbres.

- "Guetter toute la nuit"

Toujours dans le Sud-Ouest, le Sauternais très affecté par le gel l'an dernier a "encore été très touché" samedi, selon Patrick Lamothe, qui dirige Château Haut-Bergeron et préside la Maison du Sauternes. "A -5 degrés, il n'y a plus grand chose qui fait effet au niveau protection", dit-il.

Le Saint-Emilion a senti le gel passer, "mais il n'y aura pas les mêmes dégâts" qu'un an plus tôt, la vigne étant moins avancée que l'an dernier, espère Jean-François Galhaud, président du conseil des vins de Saint-Emilion.

La taille tardive adoptée par beaucoup de viticulteurs cette année comme "moyen de lutte passive" contre le gel a aussi pu servir de protection à certains.

Même espoir à Chablis en Bourgogne, où Stéphane Aufrère, installé à Fleys, espère que les bourgeons, un peu plus en retard que l'an passé, vont résister. Il a passé la nuit dernière à "chauffer" ce qu'il peut et "prépare la nuit qui vient".

"Nous chauffons deux hectares sur vingt" à l'aide de grosses bougies réparties entre les rangs de vigne pour empêcher le froid de saisir les plantes. "Nous n'avons ni les moyens ni le personnel pour protéger toute notre vigne", dit-il à l'AFP.

Dans la vallée du Rhône "il n’y a pas eu trop de dégâts pour l'instant mais ils annoncent plus de froid pour les nuits à venir, ça s'annonce compliqué jusqu'à mercredi", relève Elodie Merlin, qui exploite trois hectares d’abricotiers à Bourg-les-Valence (Drôme).

Le gel lui a déjà fait perdre la récolte de trois variétés ces dernières semaines. Son mari dort sur place pour surveiller les vergers: "Il faut guetter toute la nuit, les alarmes sonnent tout le temps…".

im-cor-fby-bpe-ppy-mb/ak/gvy

H.M.Hernandez--TFWP