The Fort Worth Press - Manifestations au Sri Lanka: l'armée dans la rue, les réseaux sociaux bloqués

USD -
AED 3.672499
AFN 73.765966
ALL 95.771398
AMD 406.22063
ANG 1.802129
AOA 831.493234
ARS 837.842221
AUD 1.525349
AWG 1.8
AZN 1.705548
BAM 1.810985
BBD 2.018954
BDT 109.744297
BGN 1.80753
BHD 0.376842
BIF 2864
BMD 1
BND 1.344488
BOB 6.909547
BRL 4.936505
BSD 0.99994
BTN 82.974013
BWP 13.688407
BYN 3.271865
BYR 19600
BZD 2.015658
CAD 1.34955
CDF 2759.999964
CHF 0.879245
CLF 0.035142
CLP 969.679967
CNY 7.189098
COP 3925.2
CRC 513.354723
CUC 1
CUP 26.5
CVE 102.349864
CZK 23.393796
DJF 177.720273
DKK 6.887702
DOP 58.750193
DZD 134.332579
EGP 30.891897
ERN 15
ETB 56.66967
EUR 0.924004
FJD 2.263008
FKP 0.791046
GBP 0.79109
GEL 2.645005
GGP 0.791046
GHS 12.492558
GIP 0.791046
GMD 67.698111
GNF 8614.999656
GTQ 7.799471
GYD 209.369835
HKD 7.82085
HNL 24.801786
HRK 7.030095
HTG 132.495035
HUF 357.86801
IDR 15653
ILS 3.679115
IMP 0.791046
INR 82.93795
IQD 1310
IRR 42029.999902
ISK 137.579891
JEP 0.791046
JMD 156.563529
JOD 0.708984
JPY 150.393502
KES 145.999969
KGS 89.430172
KHR 4082.000014
KMF 455.299822
KPW 900.045302
KRW 1333.724975
KWD 0.30773
KYD 0.833268
KZT 450.902592
LAK 20884.999909
LBP 89538.093103
LKR 311.528614
LRD 190.550609
LSL 18.959916
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.844974
MAD 10.078036
MDL 17.93871
MGA 4542.999662
MKD 56.951819
MMK 2099.882867
MNT 3411.928451
MOP 8.056447
MRU 39.750416
MUR 45.769858
MVR 15.397632
MWK 1682.99988
MXN 17.04976
MYR 4.791504
MZN 63.497222
NAD 18.9596
NGN 1607.000154
NIO 36.799662
NOK 10.47488
NPR 132.758309
NZD 1.616815
OMR 0.384928
PAB 0.999958
PEN 3.79896
PGK 3.734958
PHP 55.928016
PKR 279.498937
PLN 3.989855
PYG 7295.741913
QAR 3.640498
RON 4.598703
RSD 108.27702
RUB 92.005026
RWF 1273
SAR 3.75009
SBD 8.511255
SCR 13.444532
SDG 601.00002
SEK 10.359275
SGD 1.343705
SHP 1.263499
SLE 22.599439
SLL 19750.00002
SOS 571.481732
SRD 35.696028
STD 20697.981008
SVC 8.749358
SYP 13002.173019
SZL 18.960126
THB 35.87102
TJS 10.954539
TMT 3.5
TND 3.127023
TOP 2.36255
TRY 31.030202
TTD 6.79195
TWD 31.442198
TZS 2544.999893
UAH 38.631967
UGX 3892.718746
UYU 39.09386
UZS 12499.999601
VEF 3620191.687697
VES 36.249759
VND 24535
VUV 120.157688
WST 2.745477
XAF 607.387276
XAG 0.043648
XAU 0.000494
XCD 2.70255
XDR 0.754839
XOF 606.499053
XPF 110.674985
YER 248.825014
ZAR 18.916445
ZMK 9001.198249
ZMW 22.824099
ZWL 321.999592
  • AEX

    -1.5300

    846.79

    -0.18%

  • BEL20

    8.4400

    3677.35

    +0.23%

  • PX1

    17.1500

    7812.09

    +0.22%

  • ISEQ

    76.4400

    9513.58

    +0.81%

  • OSEBX

    -2.7800

    1260

    -0.22%

  • PSI20

    24.2800

    6250.49

    +0.39%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    5.2000

    2265.23

    +0.23%

  • N150

    10.3300

    3239.63

    +0.32%

Manifestations au Sri Lanka: l'armée dans la rue, les réseaux sociaux bloqués
Manifestations au Sri Lanka: l'armée dans la rue, les réseaux sociaux bloqués

Manifestations au Sri Lanka: l'armée dans la rue, les réseaux sociaux bloqués

Les réseaux sociaux étaient bloqués dimanche au Sri Lanka et des soldats armés déployés dans les rues pour tenter d'étouffer les manifestations contre le président Gotabaya Rajapaksa, attisées par la crise économique sans précédent qui frappe le pays.

Taille du texte:

"Le Sri Lanka a imposé un blocage national des réseaux sociaux, en restreignant l'accès à des plateformes telles que Twitter, Facebook, WhatsApp, YouTube et Instagram", a indiqué NetBlocks, un site basé à Londres qui surveille les blocages sur internet à travers le monde. Des journalistes de l'AFP au Sri Lanka ont constaté qu'aucun de ces réseaux sociaux n'était accessible dimanche.

Selon la chaîne pro-gouvernementale Ada Derana, citant le régulateur des médias au Sri Lanka, le ministère de la Défense a demandé aux fournisseurs d'accès à internet de "restreindre temporairement" l'accès aux réseaux sociaux.

Avant que ce blocage ne prenne effet, des activistes anonymes avaient lancé sur internet des appels à de nouvelles manifestations massives dimanche.

Des hashtags hostiles au pouvoir, tels que #GoHomeRajapaksas ("Dehors les Rajapaksa"), foisonnent ces derniers jours sur la toile. "Ne vous laissez pas dissuader par les gaz lacrymogènes, très bientôt ils seront à court de dollars pour se réapprovisionner", exhortait un post samedi.

La police a annoncé qu'une personne avait été arrêtée vendredi pour avoir diffusé sur internet des appels à troubler l'ordre public.

Samedi soir, quelques centaines de personnes ont défié l'état d'urgence et le couvre-feu décrétés vendredi, en manifestant pacifiquement dans plusieurs quartiers de Colombo et sa banlieue, selon la police et des habitants.

De bruyantes protestations dans les villes de Maharagama, Homagama et Yakkala se sont achevées dans le calme deux heures après le début du couvre-feu. "Il y avait des policiers mais ils n'ont pas essayé d'intervenir", a déclaré un habitant de Yakkala à l'AFP par téléphone. Des habitants ont signalé des situations similaires à Homagama et Maharagama.

Le couvre-feu national doit être levé lundi matin, selon la police.

- Appel à la retenue -

L'ambassadrice des Etats-Unis Julie Chung a averti sur Twitter: "Les Sri-Lankais ont le droit de manifester pacifiquement, c'est essentiel pour l'expression démocratique (...) et j'espère que les jours prochains seront marqués par la retenue de toutes les parties".

Des soldats équipés d'armes automatiques ont été déployés pour contrôler la foule aux stations-service et ailleurs. En temps normal, l'armée doit se contenter d'un rôle de soutien à la police. Mais avec l'état d'urgence, elle peut intervenir seule, notamment pour arrêter des civils.

Le président Rajapaksa a justifié ces mesures exceptionnelles par la "protection de l'ordre public et le maintien des fournitures et des services essentiels à la vie de la communauté".

Dans la nuit de jeudi à vendredi, des centaines de manifestants s'étaient dirigés vers son domicile pour réclamer sa démission, avant que la police ne fasse usage de gaz lacrymogène et de canons à eau. Des attaques contre d'autres responsables politiques ont été rapportées ces derniers jours.

M. Rajapaksa est membre d'une famille dirigeante autrefois appréciée par une grande partie de la majorité cinghalaise du pays pour avoir mis brutalement fin, en 2009, à la guerre civile ethnique contre les Tigres tamouls. Mais le soutien au clan Rajapaksa s'est effondré avec la crise économique.

Le pays de 22 millions d'habitants subit de graves pénuries de biens essentiels, une forte hausse des prix et de longues coupures de courant, lors de sa plus grave crise économique depuis son indépendance en 1948.

Le tourisme et les transferts de fonds de la diaspora, vitaux pour l'économie, se sont effondrés lors de la pandémie, et les autorités ont imposé une large interdiction des importations pour tenter d'économiser des devises étrangères.

De mauvaises décisions politiques ont aggravé les problèmes, selon les économistes. Des réductions d'impôts malavisées juste avant la pandémie ont privé l'État de recettes et fait s'envoler la dette. Et la crise actuelle risque de balayer les espoirs de renaissance du secteur touristique.

Le Sri Lanka a demandé l'aide du Fonds monétaire international, mais les négociations pourraient durer jusqu'à la fin de l'année.

X.Silva--TFWP