The Fort Worth Press - Manifestations au Sri Lanka: l'armée dans la rue, couvre-feu national de 36 heures

USD -
AED 3.672996
AFN 73.220452
ALL 95.962281
AMD 405.948237
ANG 1.80202
AOA 828.514014
ARS 841.753897
AUD 1.539565
AWG 1.8
AZN 1.702706
BAM 1.808138
BBD 2.018925
BDT 109.738228
BGN 1.804644
BHD 0.376944
BIF 2856.984371
BMD 1
BND 1.346258
BOB 6.909654
BRL 4.962403
BSD 0.99994
BTN 82.904596
BWP 13.800946
BYN 3.27227
BYR 19600
BZD 2.015504
CAD 1.357335
CDF 2770.000357
CHF 0.879105
CLF 0.035499
CLP 979.540059
CNY 7.1983
COP 3923.13
CRC 514.20251
CUC 1
CUP 26.5
CVE 101.940065
CZK 23.382302
DJF 177.720328
DKK 6.877475
DOP 58.678057
DZD 134.80405
EGP 30.939799
ERN 15
ETB 56.731736
EUR 0.922651
FJD 2.263504
FKP 0.787953
GBP 0.789951
GEL 2.659689
GGP 0.787953
GHS 12.598978
GIP 0.787953
GMD 67.896778
GNF 8593.23358
GTQ 7.803566
GYD 209.196008
HKD 7.827705
HNL 24.691563
HRK 7.030095
HTG 132.887724
HUF 363.50031
IDR 15722.9
ILS 3.59418
IMP 0.787953
INR 82.899706
IQD 1309.832527
IRR 42042.501428
ISK 137.760066
JEP 0.787953
JMD 156.175895
JOD 0.709001
JPY 150.647499
KES 146.4992
KGS 89.43011
KHR 4070.57638
KMF 453.94994
KPW 900.01383
KRW 1336.609891
KWD 0.30768
KYD 0.833252
KZT 450.388984
LAK 20867.635843
LBP 89539.649155
LKR 310.179214
LRD 190.800263
LSL 19.079701
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.833289
MAD 10.137797
MDL 17.813114
MGA 4527.237849
MKD 56.901034
MMK 2099.818336
MNT 3396.082004
MOP 8.060165
MRU 39.929809
MUR 44.750089
MVR 15.426387
MWK 1683.145891
MXN 17.096198
MYR 4.769022
MZN 63.500496
NAD 19.079749
NGN 1630.659898
NIO 36.804371
NOK 10.584381
NPR 132.644901
NZD 1.64186
OMR 0.384951
PAB 0.99994
PEN 3.788569
PGK 3.811716
PHP 56.257996
PKR 279.090123
PLN 3.986141
PYG 7296.159162
QAR 3.640502
RON 4.583701
RSD 108.128034
RUB 92.050321
RWF 1276.088253
SAR 3.750479
SBD 8.475185
SCR 13.406471
SDG 601.000292
SEK 10.33314
SGD 1.346075
SHP 1.26825
SLE 22.725545
SLL 19750.000125
SOS 571.497745
SRD 35.329523
STD 20697.981008
SVC 8.749474
SYP 13001.870728
SZL 19.2555
THB 36.018002
TJS 10.97362
TMT 3.51
TND 3.11975
TOP 2.36255
TRY 31.19988
TTD 6.788546
TWD 31.652796
TZS 2549.999812
UAH 38.150536
UGX 3939.297287
UYU 39.069398
UZS 12483.532332
VEF 3601201.313605
VES 36.02554
VND 24630
VUV 119.845532
WST 2.740874
XAF 606.432676
XAG 0.044563
XAU 0.000492
XCD 2.70255
XDR 0.753376
XOF 606.438282
XPF 115.480604
YER 250.35026
ZAR 19.29805
ZMK 9001.195506
ZMW 23.222317
ZWL 321.999592
  • AEX

    -5.5400

    847.46

    -0.65%

  • BEL20

    3.3300

    3700.02

    +0.09%

  • PX1

    6.3600

    7954.39

    +0.08%

  • ISEQ

    35.1300

    9530.01

    +0.37%

  • OSEBX

    3.7800

    1263.82

    +0.3%

  • PSI20

    -27.3700

    6192.9

    -0.44%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -45.2000

    2249.36

    -1.97%

  • N150

    -10.8000

    3262.45

    -0.33%

Manifestations au Sri Lanka: l'armée dans la rue, couvre-feu national de 36 heures
Manifestations au Sri Lanka: l'armée dans la rue, couvre-feu national de 36 heures

Manifestations au Sri Lanka: l'armée dans la rue, couvre-feu national de 36 heures

Des troupes armées aux pouvoirs étendus pour arrêter des suspects ont été déployées samedi au Sri Lanka, placé sous couvre-feu jusqu'à lundi matin afin d'étouffer l'escalade des manifestations contre le président, ses proches et même sa chamane favorite.

Taille du texte:

Le président Gotabaya Rajapaksa avait déjà déclaré l'état d'urgence vendredi soir, au lendemain de la tentative de centaines de manifestants de pénétrer dans son domicile pour protester contre les pénuries de nourriture, de carburant et de médicaments, et alors que les protestations bloquaient la circulation dans plusieurs villes.

Le couvre-feu, qui a commencé samedi soir au crépuscule, sera levé lundi matin, a indiqué la police. Une période de 36 heures durant laquelle de grandes manifestations anti-gouvernementales étaient prévues.

Des centaines de personnes ont défié les autorités et le couvre-feu samedi soir dans plusieurs villes de banlieue, selon la police et des habitants.

De bruyantes démonstrations dans les villes de Maharagama, Homagama et Yakkala se sont achevées dans le calme, mais deux heures après le début du couvre-feu. "Il y avait des policiers mais ils n'ont pas essayé d'intervenir", a déclaré un habitant de Yakkala à l'AFP par téléphone. Des habitants ont signalé des situations similaires à Homagama et Maharagama.

Le président Rajapaksa a justifié sa décision par la "protection de l'ordre public et le maintien des fournitures et des services essentiels à la vie de la communauté".

Des soldats équipés d'armes automatiques avaient déjà été déployés pour contrôler la foule aux stations-service et ailleurs, mais ils étaient plus nombreux samedi.

En temps normal, l'armée ne peut agir seule et doit se contenter d'un rôle de soutien à la police, mais avec l'état d'urgence, elle peut intervenir seule, notamment pour arrêter des civils.

Le pays de 22 millions d'habitants subit de graves pénuries de biens essentiels, une forte hausse des prix et de longues coupures de courant, lors de sa plus grave crise économique depuis son indépendance en 1948.

Le tourisme et les transferts de fonds de la diaspora, vitaux pour l'économie, se sont effondrés lors de la pandémie et les autorités ont imposé une large interdiction des importations pour tenter d'économiser des devises étrangères.

- "Attaques sporadiques" -

Selon de nombreux économistes, la crise a aussi été exacerbée par la mauvaise gestion du gouvernement, l'accumulation de dettes et des réductions d'impôts mal avisées.

Ces mesures interviennent avant des manifestations anti-gouvernement prévues dimanche, les militants sur les réseaux sociaux incitant les gens à manifester devant chez eux.

"Ne vous laissez pas dissuader par les gaz lacrymogènes, très bientôt ils seront à court de dollars pour se réapprovisionner", exhortait un post encourageant les gens à manifester même si la police tente de disperser les rassemblements.

L'ambassadrice des Etats-Unis Julie Chung a averti sur Twitter: "Les Sri-Lankais ont le droit de manifester pacifiquement, c'est essentiel pour l'expression démocratique (...) et j'espère que les jours prochains seront marqués par la retenue de toutes les parties".

Les spécialistes du voyage estiment que l'état d'urgence va balayer les espoirs de renaissance du secteur touristique, une telle situation provoquant habituellement une hausse des taux d'assurance.

"Des attaques sporadiques sur les maisons des politiciens du gouvernement ont été rapportées", a déclaré à l'AFP un responsable de la sécurité, ajoutant qu'un parlementaire du parti au pouvoir avait reçu des oeufs lors d'un événement public dans le district central de Badulla vendredi.

Dans la ville d'Anuradhapura (nord), la foule a dirigé sa colère contre une femme identifiée comme une chamane fréquemment consultée par le président.

Des militants des droits humains et une ancienne parlementaire, Hirunika Premachandra, ont poussé des dizaines de femmes à investir la résidence et le sanctuaire de la voyante, Gnana Akka, mais la police les en a empêchés.

"Pourquoi la police protège-t-elle une chamane?", a demandé Hirunika Premachandra à un gradé qui l'empêchait physiquement de passer, selon une vidéo en direct sur Facebook que l'AFP a pu authentifier. "Voleur, voleur, Gota voleur", a clamé la foule à l'adresse du président face aux policiers armés.

Dans la station de montagne voisine de Nuwara Eliya, des manifestants ont scandé des slogans anti-Rajapaksa et empêché Shiranti, l'épouse du Premier ministre Mahinda Rajapaksa (qui est aussi le frère du président) d'inaugurer une exposition annuelle de fleurs.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, des centaines de manifestants s'étaient dirigés vers le domicile du président Gotabaya Rajapaksa pour réclamer sa démission, avant que la police ne fasse usage de gaz lacrymogène et de canons à eau.

La foule a incendié deux bus militaires, une jeep de la police et d'autres véhicules, et jeté des briques sur les policiers.

W.Matthews--TFWP