The Fort Worth Press - Présidentielle: Macron se lance enfin, ses adversaires à l'affût

USD -
AED 3.673025
AFN 70.797452
ALL 93.724474
AMD 387.967047
ANG 1.801862
AOA 855.501128
ARS 903.228898
AUD 1.51676
AWG 1.8
AZN 1.69623
BAM 1.82576
BBD 2.018717
BDT 117.482322
BGN 1.82612
BHD 0.376895
BIF 2873.439287
BMD 1
BND 1.35275
BOB 6.908913
BRL 5.399936
BSD 0.99979
BTN 83.513734
BWP 13.565777
BYN 3.271955
BYR 19600
BZD 2.015263
CAD 1.37465
CDF 2844.999821
CHF 0.892498
CLF 0.033583
CLP 926.649958
CNY 7.256105
CNH 7.27022
COP 4138.57
CRC 525.379822
CUC 1
CUP 26.5
CVE 102.933557
CZK 23.056297
DJF 178.011155
DKK 6.96443
DOP 59.240589
DZD 134.820562
EGP 47.713497
ERN 15
ETB 57.662863
EUR 0.93352
FJD 2.24275
FKP 0.784602
GBP 0.78952
GEL 2.870336
GGP 0.784602
GHS 14.9951
GIP 0.784602
GMD 67.74981
GNF 8606.968657
GTQ 7.768676
GYD 209.147337
HKD 7.81059
HNL 24.716563
HRK 7.018438
HTG 132.623865
HUF 369.880392
IDR 16458.85
ILS 3.727055
IMP 0.784602
INR 83.5395
IQD 1309.715513
IRR 42099.999742
ISK 139.570415
JEP 0.784602
JMD 155.774931
JOD 0.708896
JPY 157.860128
KES 129.480258
KGS 87.859902
KHR 4117.715699
KMF 457.50218
KPW 900.000131
KRW 1382.239784
KWD 0.30675
KYD 0.833158
KZT 453.602184
LAK 21901.094541
LBP 89536.371911
LKR 303.717706
LRD 193.964853
LSL 18.219515
LTL 2.952741
LVL 0.60489
LYD 4.847721
MAD 9.990712
MDL 17.851525
MGA 4480.851362
MKD 57.458548
MMK 2093.698478
MNT 3450.000098
MOP 8.042003
MRU 39.372681
MUR 47.109917
MVR 15.410175
MWK 1733.062615
MXN 18.53975
MYR 4.719505
MZN 63.694956
NAD 18.219515
NGN 1483.040261
NIO 36.798992
NOK 10.72277
NPR 133.621788
NZD 1.636135
OMR 0.384943
PAB 0.99979
PEN 3.770636
PGK 3.844197
PHP 58.654048
PKR 278.494714
PLN 4.070191
PYG 7529.697309
QAR 3.646573
RON 4.645804
RSD 109.278026
RUB 88.798745
RWF 1306.575816
SAR 3.75203
SBD 8.4616
SCR 14.133804
SDG 585.999745
SEK 10.542304
SGD 1.353355
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.501917
SOS 571.4019
SRD 31.571995
STD 20697.981008
SVC 8.747929
SYP 2512.530426
SZL 18.212794
THB 36.786498
TJS 10.761656
TMT 3.5
TND 3.126607
TOP 2.360898
TRY 32.855725
TTD 6.795024
TWD 32.377497
TZS 2623.013999
UAH 40.641789
UGX 3704.170459
UYU 39.291465
UZS 12624.798712
VEF 3622552.534434
VES 36.365932
VND 25455
VUV 118.721975
WST 2.800615
XAF 612.342878
XAG 0.034189
XAU 0.000431
XCD 2.70255
XDR 0.758757
XOF 612.342878
XPF 111.330486
YER 250.293986
ZAR 18.29115
ZMK 9001.202255
ZMW 25.819972
ZWL 321.999592
  • AEX

    2.8500

    921.58

    +0.31%

  • BEL20

    8.8200

    3842.03

    +0.23%

  • PX1

    46.5200

    7549.73

    +0.62%

  • ISEQ

    27.2200

    9413.25

    +0.29%

  • OSEBX

    4.5900

    1396.11

    +0.33%

  • PSI20

    -11.1100

    6526.98

    -0.17%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -8.4300

    2098.54

    -0.4%

  • N150

    11.8400

    3300.36

    +0.36%

Présidentielle: Macron se lance enfin, ses adversaires à l'affût
Présidentielle: Macron se lance enfin, ses adversaires à l'affût

Présidentielle: Macron se lance enfin, ses adversaires à l'affût

Le président Emmanuel Macron a enfin levé le voile en se portant candidat jeudi soir à sa réélection, pour laquelle il part largement favori en pleine guerre sur le continent européen, tandis que ses adversaires se sont aussitôt attaqués à son bilan.

Taille du texte:

Dans une "Lettre aux Français" publiée en ligne par plusieurs médias et destinée à la presse régionale, le président sortant annonce être "candidat pour inventer avec vous, face aux défis du siècle, une réponse française et européenne singulière".

"Il nous faudra travailler plus et poursuivre la baisse des impôts pesant sur le travail et la production", prévient Emmanuel Macron dans ce texte de trois pages où il livre quelques pistes sur les grands axes de sa campagne, en promettant aussi "une méthode différente" car, dit-il "nous n'avons pas tout réussi".

A 38 jours seulement du premier tour, le désormais président-candidat donne ainsi un coup d'accélérateur à une campagne dont les cartes ont été rebattues par la guerre en Ukraine.

Dans ce qui s'annonce comme une campagne éclair, il prévient qu'il ne pourra "pas mener campagne" comme il l'aurait "souhaité en raison du contexte", au risque d'être accusé de vouloir esquiver le débat alors que ses adversaires de droite comme de gauche n'aspirent qu'à en découdre avec lui sur un bilan qu'ils dénoncent avec véhémence.

Mobilisé par le conflit russo-ukrainien -avec un nouvel entretien tendu jeudi avec son homologue russe Vladimir Poutine puis le président ukrainien Volodymyr Zelensky -, le chef de l'Etat a attendu presque le dernier moment pour officialiser sa candidature, que les candidats doivent formaliser auprès du Conseil constitutionnel avant vendredi 18 heures.

Jamais une crise internationale n'a autant impacté une campagne présidentielle sous la Ve République. Et après les crises des "gilets jaunes" suivie de la pandémie du Covid, le plus jeune président que la France ait connu depuis 1958 se positionne comme un capitaine par temps de tempête.

- Prêts à en découdre -

Ses adversaires aiguisent leurs armes, eux qui auront fort à faire face à un "président de crise" qui cadre le débat.

Avant même l'annonce officielle, le candidat d'extrême droite Eric Zemmour a fustigé sur YouTube un "quinquennat pour rien" en affirmant que "notre pays est devenu invivable et vous en êtes devenu la cause". "Les Français vous en veulent", a-t-il ajouté en prédisant que "le peuple français ne vous laissera pas une seconde chance".

La candidate LR Valérie Pécresse, qui est prise en tenaille entre ses rivaux d'extrême droite et M. Macron, a elle appelé les Français "à ouvrir les yeux. Ce quinquennat a été celui des illusions perdues" dénonçant son "manque de courage".

Pour sa part, Marine Le Pen a estimé que "ce n'est pas une surprise. Le choix qu'il fait dans la presse régionale (...) démontre qu'il entend tout de même rester en retrait de cette élection, de cette campagne".

Le candidat écologiste Yannick Jadot a lui fait valoir que "ça fait longtemps qu'Emmanuel Macron est en campagne, qu'il dépense de manière électorale", tandis que la socialiste Anne Hidalgo s'est félicité que "le débat démocratique que je demande, projet contre projet, va enfin pouvoir se tenir".

"Au bout de 5 ans, M. Macron envoie une lettre aux Français. Mais les factures qui flambent, c'est tous les mois", a lancé de son côté le communiste Fabien Roussel, espérant que "cette guerre ne sera pas le prétexte pour masquer des attaques sévères contre le pouvoir d'achat des Français".

Manuel Bompard, le directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, a dit sur BFMTV que l'"on aurait pu s'attendre d'abord à une lettre d'excuses".

Malgré tout, M. Macron profite de la crise.

Depuis le début de l'invasion de l'Ukraine par les troupes russes il y a huit jours, le président-candidat a gagné plusieurs points dans les intentions de vote, les sondages le donnant à 27-28%, soit une dizaine de points devant sa rivale d'extrême droite, Marine Le Pen (RN), qui creuse l'écart avec Valérie Pécresse (LR) et Eric Zemmour (Reconquête!).

A gauche, seul le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon tire son épingle du jeu en étant crédité d'environ 11% des intentions de vote.

Les sondages récents le donnent aussi gagnant au second tour contre tous ses adversaires, y compris la mieux placée Marine le Pen, même si c'est avec une avance moindre qu'en 2017.

"Il faut être très prudent sur l'issue de l'élection. Le second tour peut être plus serré que ce qu'on pense. On n'est pas à l'abri d'une démobilisation des nôtres, qui vont penser que c'est gagné", dit à l'AFP une source auprès du parti présidentiel.

D'autant plus que l'une des grandes craintes de la prochaine élection c'est une abstention record.

Pendant ce temps, les péripéties de la campagne continuent: Sandrine Rousseau a été exclue de l'équipe de Yannick Jadot pour des propos au vitriol sur la stratégie de l'écologiste rapportés par Le Parisien, un incident qui vient percuter une campagne qui peine à décoller depuis de nombreux mois.

S.Jordan--TFWP