The Fort Worth Press - Ukraine: le baril de Brent frôle 120 dollars, record depuis 2008 pour le WTI

USD -
AED 3.672987
AFN 70.500239
ALL 93.595037
AMD 388.780375
ANG 1.801862
AOA 856.498055
ARS 902.491597
AUD 1.511603
AWG 1.8025
AZN 1.700338
BAM 1.82576
BBD 2.018717
BDT 117.482322
BGN 1.82179
BHD 0.376951
BIF 2880
BMD 1
BND 1.35275
BOB 6.908913
BRL 5.423015
BSD 0.99979
BTN 83.513734
BWP 13.565777
BYN 3.271955
BYR 19600
BZD 2.015263
CAD 1.371285
CDF 2849.999781
CHF 0.88838
CLF 0.033577
CLP 926.489881
CNY 7.255977
CNH 7.27006
COP 4130.63
CRC 525.379822
CUC 1
CUP 26.5
CVE 103.224975
CZK 23.019687
DJF 177.720074
DKK 6.946297
DOP 59.302368
DZD 134.822871
EGP 47.709803
ERN 15
ETB 57.508119
EUR 0.93115
FJD 2.24275
FKP 0.784602
GBP 0.78665
GEL 2.864996
GGP 0.784602
GHS 15.050372
GIP 0.784602
GMD 67.775008
GNF 8594.999727
GTQ 7.768676
GYD 209.147337
HKD 7.81049
HNL 24.809895
HRK 7.018438
HTG 132.623865
HUF 368.537028
IDR 16466.5
ILS 3.72354
IMP 0.784602
INR 83.50635
IQD 1310
IRR 42098.4977
ISK 139.219912
JEP 0.784602
JMD 155.774931
JOD 0.708899
JPY 157.608504
KES 128.501057
KGS 87.859904
KHR 4115.000025
KMF 458.999628
KPW 900.000131
KRW 1379.11974
KWD 0.306702
KYD 0.833158
KZT 453.602184
LAK 21937.501116
LBP 89549.999795
LKR 303.717706
LRD 194.149745
LSL 18.260309
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.854964
MAD 9.997498
MDL 17.851525
MGA 4474.999499
MKD 57.317249
MMK 2093.723681
MNT 3450.000098
MOP 8.042003
MRU 39.450244
MUR 47.107134
MVR 15.404244
MWK 1733.000227
MXN 18.538303
MYR 4.717499
MZN 63.69504
NAD 18.260293
NGN 1495.000379
NIO 36.830038
NOK 10.654397
NPR 133.621788
NZD 1.630455
OMR 0.384936
PAB 0.99979
PEN 3.792962
PGK 3.845002
PHP 58.675005
PKR 278.624961
PLN 4.047491
PYG 7529.697309
QAR 3.64075
RON 4.633902
RSD 109.013
RUB 88.724219
RWF 1308
SAR 3.75206
SBD 8.447127
SCR 13.913018
SDG 586.000399
SEK 10.473525
SGD 1.351498
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.501917
SOS 571.000488
SRD 31.367499
STD 20697.981008
SVC 8.747929
SYP 2512.530426
SZL 18.259969
THB 36.809742
TJS 10.761656
TMT 3.51
TND 3.131497
TOP 2.360897
TRY 32.823897
TTD 6.795024
TWD 32.317948
TZS 2604.999653
UAH 40.641789
UGX 3704.170459
UYU 39.291465
UZS 12649.999779
VEF 3622552.534434
VES 36.372187
VND 25450
VUV 118.721975
WST 2.800615
XAF 612.342878
XAG 0.033879
XAU 0.000431
XCD 2.70255
XDR 0.758757
XOF 612.504821
XPF 110.925026
YER 250.349769
ZAR 18.23835
ZMK 9001.201876
ZMW 25.819972
ZWL 321.999592
  • AEX

    4.4100

    923.12

    +0.48%

  • BEL20

    -0.3800

    3832.88

    -0.01%

  • PX1

    68.2800

    7571.57

    +0.91%

  • ISEQ

    45.0600

    9431.73

    +0.48%

  • OSEBX

    2.0900

    1393.52

    +0.15%

  • PSI20

    -18.3100

    6519.97

    -0.28%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -31.0600

    2067.57

    -1.48%

  • N150

    9.5400

    3298.18

    +0.29%

Ukraine: le baril de Brent frôle 120 dollars, record depuis 2008 pour le WTI
Ukraine: le baril de Brent frôle 120 dollars, record depuis 2008 pour le WTI

Ukraine: le baril de Brent frôle 120 dollars, record depuis 2008 pour le WTI

Les cours du pétrole ont repris leur escalade jeudi, le WTI dépassant 115 dollars le baril, un record depuis 2008, et le Brent frôlant 120 dollars, toujours dopés par les incertitudes sur l'approvisionnement générées par la guerre en Ukraine.

Taille du texte:

Vers 09H00 GMT, le baril de Brent de la mer du Nord, référence du brut en Europe, prenait 3,12% à 116,45 dollars après avoir grimpé jusqu'à 119,84 dollars. Le seuil des 120 dollars n'a pas été atteint depuis 2012.

Le West Texas Intermediate (WTI) coté à New York gagnait 3,16% à 114,09 dollars après avoir poussé jusqu'à 116,57 dollars, un nouveau sommet plus vu depuis septembre 2008.

La hausse des prix, qui s'explique par la guerre en Ukraine et une "prime de risque" sur l'offre pétrolière en provenance du géant russe, est accentuée "par l'incertitude (...) et l'ajustement de positions spéculatives", note Tamas Vargas, analyste de PVM.

Une semaine après le lancement de leur opération en Ukraine, les forces russes se sont emparées de leur première grande ville, Kherson, peu avant une deuxième session de discussions jeudi matin sur un cessez-le-feu entre négociateurs russes et ukrainiens.

"Il y a des peurs légitimes sur l'approvisionnement tendu généré par la crise en Ukraine, et le fait que l'occupant et l'occupé jouent un rôle clé dans le marché mondial de l'énergie", ajoute-t-il, la Russie étant le deuxième exportateur de pétrole brut au monde.

"Même si les sanctions occidentales n'ont pas été jusqu'à interdire les exportations russes, l'offre de brut et de produits pétroliers du pays a clairement été touchée", notamment "parce que les sanctions financières rendent impossibles de faire des achats de pétrole avec la Russie", souligne-t-il.

Les entreprises occidentales "s'auto-sanctionnent" en n'achetant plus de pétrole russe, et elles "préfèrent trouver d'autres solutions car le risque de sanction augmente proportionnellement à l'intensité de la guerre en Ukraine", affirme Ipek Ozkardeskaya, analyste pour la banque Swissquote.

Un "désinvestissement" et une "réduction de l'exposition au pétrole russe" qui permettront à l'Occident d'imposer plus facilement des sanctions sur l'énergie russe "si les sanctions réelles n'arrêtent pas la Russie dans son offensive", explique l'analyste.

- Tensions sur l'offre de brut -

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés (Opep+) a décidé mercredi de s'en tenir à une ouverture des vannes au compte-gouttes malgré l'embrasement des cours, en augmentant son niveau total de production de 400.000 par jours pour le mois d'avril.

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a quant à elle annoncé mardi la mise sur le marché de 60 millions de barils tirés des réserves de ses pays membres.

"L'Opep+ refuse de répondre à la forte hausse des prix du pétrole", et "le marché n'a pas été impressionné par la publication des réserves mondiales de brut de l'AIE", abonde Victoria Scholar, analyste pour Interactive Investor, aucune des annonces n'ayant eu d'effet d'apaisement sur les prix.

"L'attaque contre l'Ukraine a mis en évidence le niveau de dépendance de l'Occident vis-à-vis de la Russie en matière d'énergie et de matières premières", souligne l'analyste.

Par ailleurs, les autres matières dont la Russie est un important producteur restaient elles aussi sur une spirale haussière.

La tonne d'aluminium a atteint jeudi à 3.691,50 dollars sur le marché londonien des métaux de base (London Metal Exchange, LME), un nouveau sommet historique, quand le nickel a grimpé à 27.815 dollars la tonne, un record depuis 11 ans.

En 2021, la Russie était le troisième producteur d'aluminium au monde après la Chine et l'Inde, selon les données du World bureau of metal statistics, et exporte une grande partie de sa production vers la Turquie, le Japon, la Chine, les États-Unis et l'Union européenne. Elle est également un grand producteur de nickel, comme l'Indonésie.

L.Davila--TFWP