The Fort Worth Press - Avec l'Ukraine, la Russie attaque aussi ses derniers médias indépendants

USD -
AED 3.672991
AFN 70.737778
ALL 93.90921
AMD 387.684865
ANG 1.800666
AOA 855.500838
ARS 902.188398
AUD 1.511984
AWG 1.8
AZN 1.699256
BAM 1.82663
BBD 2.017344
BDT 117.416866
BGN 1.823845
BHD 0.376571
BIF 2871.819298
BMD 1
BND 1.352461
BOB 6.903798
BRL 5.350492
BSD 0.999145
BTN 83.469738
BWP 13.60306
BYN 3.269311
BYR 19600
BZD 2.013981
CAD 1.373595
CDF 2844.999892
CHF 0.89062
CLF 0.033537
CLP 925.379759
CNY 7.255298
CNH 7.270245
COP 4138.57
CRC 526.750816
CUC 1
CUP 26.5
CVE 102.982586
CZK 23.113597
DJF 177.899815
DKK 6.970801
DOP 59.324844
DZD 134.813653
EGP 47.729798
ERN 15
ETB 57.144712
EUR 0.934405
FJD 2.238696
FKP 0.784602
GBP 0.78849
GEL 2.869929
GGP 0.784602
GHS 15.038549
GIP 0.784602
GMD 67.74986
GNF 8601.728751
GTQ 7.761169
GYD 209.056565
HKD 7.81215
HNL 24.694713
HRK 7.018438
HTG 132.537603
HUF 372.329952
IDR 16486.5
ILS 3.724175
IMP 0.784602
INR 83.55205
IQD 1308.845024
IRR 42100.00005
ISK 139.470006
JEP 0.784602
JMD 155.494226
JOD 0.7089
JPY 157.334002
KES 129.376996
KGS 87.859899
KHR 4115.007262
KMF 457.498588
KPW 900.000131
KRW 1383.280182
KWD 0.30672
KYD 0.832715
KZT 451.707504
LAK 21821.866697
LBP 89484.876928
LKR 303.871712
LRD 193.833093
LSL 18.346058
LTL 2.95274
LVL 0.604889
LYD 4.844426
MAD 10.040861
MDL 17.789981
MGA 4447.495365
MKD 57.545659
MMK 2612.965168
MNT 3450.000098
MOP 8.038834
MRU 39.355944
MUR 46.749769
MVR 15.409952
MWK 1732.393774
MXN 18.466494
MYR 4.719498
MZN 63.695036
NAD 18.346058
NGN 1495.494684
NIO 36.779162
NOK 10.6824
NPR 133.551879
NZD 1.629875
OMR 0.384911
PAB 0.999145
PEN 3.776262
PGK 3.89366
PHP 58.69891
PKR 278.3087
PLN 4.093431
PYG 7514.604727
QAR 3.643733
RON 4.650202
RSD 109.335818
RUB 89.003719
RWF 1310.993121
SAR 3.751599
SBD 8.4616
SCR 14.340133
SDG 586.000017
SEK 10.518975
SGD 1.353205
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.501917
SOS 571.0203
SRD 31.57202
STD 20697.981008
SVC 8.742756
SYP 2512.530426
SZL 18.335411
THB 36.69019
TJS 10.685757
TMT 3.5
TND 3.127256
TOP 2.35645
TRY 32.7952
TTD 6.789855
TWD 32.364009
TZS 2623.01396
UAH 40.655823
UGX 3711.538551
UYU 39.160748
UZS 12603.727416
VEF 3622552.534434
VES 36.483634
VND 25455
VUV 118.721975
WST 2.800615
XAF 612.634548
XAG 0.033909
XAU 0.00043
XCD 2.70255
XDR 0.757251
XOF 612.634548
XPF 111.383515
YER 250.300789
ZAR 18.36105
ZMK 9001.203834
ZMW 26.152618
ZWL 321.999592
  • AEX

    -5.9200

    918.72

    -0.64%

  • BEL20

    -35.5900

    3833.37

    -0.92%

  • PX1

    -205.0400

    7503.27

    -2.66%

  • ISEQ

    -164.2700

    9386.26

    -1.72%

  • OSEBX

    -8.5400

    1391.56

    -0.61%

  • PSI20

    -27.5800

    6538.23

    -0.42%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -8.4300

    2098.54

    -0.4%

  • N150

    -77.0700

    3288.5

    -2.29%

Avec l'Ukraine, la Russie attaque aussi ses derniers médias indépendants
Avec l'Ukraine, la Russie attaque aussi ses derniers médias indépendants

Avec l'Ukraine, la Russie attaque aussi ses derniers médias indépendants

La fermeture d'une radio historique et d'une chaîne de télévision en ligne a profondément ébranlé les derniers médias indépendants de Russie, qui voient s'ouvrir, avec l'invasion de l'Ukraine, un "second front" dont ils sont la cible.

Taille du texte:

Accusées entre autre de propager des "appels à commettre des actes extrémistes et violents", la radio Ekho Moskvy et la chaîne Dojd ont été sommées mardi par les autorités russes de ne plus émettre. En cause, leur refus de s'en tenir au discours officiel sur la guerre en Ukraine, une "opération militaire" destinée à protéger la Russie de la menace occidentale et les russophones d'un "génocide".

Parallèlement, le pouvoir prépare un durcissement de son arsenal répressif. Un projet de loi, qui prévoit jusqu'à 15 ans de prison pour toute publication de "fake news" concernant l'armée russe, sera examiné vendredi à la Douma pendant une "session extraordinaire", a déclaré à l'agence de presse TASS le parlementaire Sergueï Boïarski.

Le Parquet général a rappelé samedi que "fournir une aide financière, logistique, de consultation ou autre" à une organisation ou à un Etat étrangers pour "leurs activités contre la sécurité de la Russie" relevait de la "haute trahison", passible de 20 ans de détention.

Des textes au phrasé flou qui rendent d'autant plus vaste leur application potentielle.

- "Chape de plomb" -

"Il existe suffisamment de lois en Russie pour condamner un journaliste pour n'importe quelle raison. Et suffisamment d'outils pour éliminer un média", dénonce Galina Timtchenko, la directrice de Meduza, un site d'informations en ligne ayant son siège en Lettonie, à Riga.

Et "la censure est déjà en place", explique-t-elle, après l'interdiction faite samedi aux médias d'utiliser les termes "invasion", "offensive" ou "déclaration de guerre", et d'évoquer la mort de civils due à l'armée russe.

Pour autant, mercredi, Meduza accueille ses lecteurs avec le mot "guerre" écrit en grand. "De toute façon (Roskomnadzor, le gendarme du secteur) va bientôt nous débrancher", confie un journaliste du site, sous couvert de l'anonymat.

"D'autres médias seront bientôt bloqués", confirme Lev Ponomarev, un défenseur respecté des droits humains, déjà interpellé pour avoir manifesté contre la guerre comme des milliers d'autres Russes lors de petits rassemblements à travers le pays.

C'est une "chape de plomb qui s'abat", observe auprès de l'AFP Jeanne Cavelier, responsable de la Russie pour l'ONG Reporters sans frontières.

Outre Ekho Moskvy et Dojd, au moins six médias russes ont été bloqués par Roskomnadzor depuis le début de l'invasion de l'Ukraine le 24 février, dit-elle.

Et le site d'informations en langue russe The Village a été interdit mercredi soir par le régulateur des médias.

Aucun média indépendant ne sera épargné, pas même Novaïa Gazeta, dont le rédacteur en chef Dmitri Mouratov a reçu le prix Nobel de la Paix en 2021, prédit Mme Cavelier. "Ils seront bloqués d'un jour à l'autre", tout comme les publications locales qui refuseraient de plier.

Au lendemain de l'interdiction de Dojd, son rédacteur en chef Tikhon Dziadko a annoncé sur Telegram avoir fui la Russie, comme certains de ses collègues, se disant "en danger".

- Internet, "espace libre" -

La "guerre contre les médias" constitue "le second front" de l'invasion en Ukraine, estime Mme Timtchenko. Car "le Kremlin a peur de perdre cette guerre de l'information", ajoute M. Ponomarev.

Du côté des médias d'Etat, on met les bouchées doubles, à l'image de l'émission télévisée dominicale à rallonge de Dmitri Kisselev, porte-voix du Kremlin, qui proclamait, en présentant les forces nucléaires russes: "A quoi bon avoir un monde dans lequel la Russie n'existe plus".

"Comme si on retournait à l'époque soviétique, à la différence que maintenant, internet existe et reste un espace libre", souligne Mme Cavelier, qui s'attend au blocage de sites et à des arrestations de journalistes.

Alexeï Moukhine, directeur du Centre des informations politiques, pro-Kremlin, souligne que "la censure est tout simplement impossible à l'ère d'internet" et dément toute offensive contre des médias respectables.

En revanche, selon lui, le pouvoir fait face à "des opposants politiques devenus fous et qui participent à la guerre de l'information, propageant de la propagande ukrainienne et générant de la panique".

Pour Mme Timtchenko, la directrice de Meduza, l'issue de cette bataille ne fait pas de doute. "J'ai l'impression que l'objectif final (du président russe Vladimir) Poutine est qu'il ne demeure qu'avec ceux qui sont en sa faveur. Les autres seront forcés à fuir ou éliminés."

H.M.Hernandez--TFWP