The Fort Worth Press - Trappeur, plus vieux métier au Canada, mais un "héritage" qui ne rapporte plus

USD -
AED 3.67289
AFN 73.13357
ALL 95.849301
AMD 405.46655
ANG 1.799898
AOA 828.51399
ARS 841.722847
AUD 1.536925
AWG 1.8
AZN 1.698148
BAM 1.805976
BBD 2.01651
BDT 109.607003
BGN 1.805205
BHD 0.376969
BIF 2853.594349
BMD 1
BND 1.34466
BOB 6.901519
BRL 4.967971
BSD 0.998753
BTN 82.806224
BWP 13.78457
BYN 3.268689
BYR 19600
BZD 2.013094
CAD 1.35808
CDF 2770.000178
CHF 0.878085
CLF 0.035485
CLP 979.139848
CNY 7.194303
COP 3924.94
CRC 513.597119
CUC 1
CUP 26.5
CVE 101.819105
CZK 23.322104
DJF 177.847546
DKK 6.871165
DOP 58.608431
DZD 134.328979
EGP 30.800899
ERN 15
ETB 56.664943
EUR 0.921755
FJD 2.27435
FKP 0.78944
GBP 0.78909
GEL 2.65997
GGP 0.78944
GHS 12.584145
GIP 0.78944
GMD 67.892106
GNF 8583.116331
GTQ 7.79445
GYD 208.947782
HKD 7.827155
HNL 24.662265
HRK 7.030095
HTG 132.731269
HUF 361.663014
IDR 15717.1
ILS 3.573495
IMP 0.78944
INR 82.91855
IQD 1308.266233
IRR 42042.547361
ISK 137.620215
JEP 0.78944
JMD 155.989141
JOD 0.709038
JPY 149.709499
KES 146.250129
KGS 89.429738
KHR 4065.783885
KMF 454.349788
KPW 900.053605
KRW 1333.669961
KWD 0.30759
KYD 0.832248
KZT 449.846256
LAK 20844.992381
LBP 89442.489726
LKR 309.805442
LRD 190.797825
LSL 19.079734
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.827554
MAD 10.125768
MDL 17.793785
MGA 4521.907752
MKD 56.895517
MMK 2097.326746
MNT 3398.173417
MOP 8.050713
MRU 39.929747
MUR 45.749915
MVR 15.402876
MWK 1681.148714
MXN 17.088901
MYR 4.750505
MZN 63.496617
NAD 19.079997
NGN 1630.660387
NIO 36.761039
NOK 10.595325
NPR 132.489958
NZD 1.64124
OMR 0.384905
PAB 0.998753
PEN 3.784073
PGK 3.807193
PHP 56.166973
PKR 278.764117
PLN 3.981196
PYG 7287.501731
QAR 3.640499
RON 4.578997
RSD 108.016981
RUB 92.050255
RWF 1274.562311
SAR 3.750138
SBD 8.475185
SCR 13.530737
SDG 601.000078
SEK 10.332115
SGD 1.344255
SHP 1.26825
SLE 22.748055
SLL 19749.999975
SOS 571.502977
SRD 35.329946
STD 20697.981008
SVC 8.738931
SYP 13001.958869
SZL 19.232652
THB 35.862502
TJS 10.961004
TMT 3.51
TND 3.11975
TOP 2.370701
TRY 31.224103
TTD 6.780428
TWD 31.6238
TZS 2549.999994
UAH 38.105268
UGX 3934.62302
UYU 39.023399
UZS 12468.604565
VEF 3604243.760226
VES 36.02554
VND 24650
VUV 120.204805
WST 2.741326
XAF 605.707505
XAG 0.044499
XAU 0.000491
XCD 2.70255
XDR 0.752482
XOF 605.713098
XPF 115.503963
YER 250.349716
ZAR 19.18865
ZMK 9001.198015
ZMW 23.194763
ZWL 321.999592
  • AEX

    -1.6900

    845.73

    -0.2%

  • BEL20

    -19.9800

    3679.9

    -0.54%

  • PX1

    -1.5900

    7952.43

    -0.02%

  • ISEQ

    -20.9700

    9508.78

    -0.22%

  • OSEBX

    0.3800

    1264.22

    +0.03%

  • PSI20

    6.1900

    6199.1

    +0.1%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -45.2000

    2249.36

    -1.97%

  • N150

    0.3300

    3262.63

    +0.01%

Trappeur, plus vieux métier au Canada, mais un "héritage" qui ne rapporte plus
Trappeur, plus vieux métier au Canada, mais un "héritage" qui ne rapporte plus

Trappeur, plus vieux métier au Canada, mais un "héritage" qui ne rapporte plus

En équilibre sur un barrage, Ray Gall, trappeur canadien, avance avec précaution: il vient récupérer sa prise du jour, un gros castor noir coincé dans son piège posé deux jours plus tôt.

Taille du texte:

Désormais, rares sont ceux qui vivent uniquement grâce aux revenus de cette activité ancestrale, très encadrée aujourd'hui. Mais ils sont plusieurs dizaines de milliers, dont de nombreux autochtones, encore actifs au Canada.

"C'est le plus vieux métier" au Canada, explique fièrement Ray Gall, bouc et lunettes noires sur le nez, qui trappe, sur son temps libre, rat musqué, renard, loup, coyote à trois heures au nord de Toronto...

"Il y aura toujours besoin de trappeurs, que le marché soit là ou non", ajoute-t-il avant d'emporter avec lui l'épais castor, à l'abri dans un tonneau attaché sur son dos.

Réduction des espaces, hivers plus tardifs dus au réchauffement climatique, hausse des prix de l'essence et baisse de ceux de la fourrure... "piéger est, financièrement parlant, de plus en plus difficile", renchérit Tom Borg, trappeur autochtone de 70 ans, retraité du secteur gazier.

"C'est dur, car cela fait partie de notre héritage, de qui nous sommes. Arrêter, c'est comme vous enlever une partie de vous", confie, les yeux embués derrière ses lunettes rectangulaires, l'homme originaire du nord de l'Ontario.

Globalement, le marché tangue depuis quelques années, mis à l'épreuve par le boycott de la fourrure par de nombreuses marques de luxe, l'absence d'acheteurs Chinois avec la pandémie et récemment la guerre en Europe qui a encore compliqué la donne - la Russie et l'Ukraine étant deux marchés clés.

Mais le pire est passé pour l'industrie, qui s'est "stabilisée" après avoir atteint "le point le plus bas du cycle", veut croire Robin Horwath, président de l'Institut de la fourrure du Canada et directeur de la fédération des trappeurs de l'Ontario.

- Des fourrures par milliers -

Le Canada est le plus grand producteur de fourrures sauvages au monde: en 2019-2020, quelque 415.000 fourrures sauvages ont été vendues pour une valeur de 13,8 millions de dollars canadiens (10 millions d'euros).

A l'intérieur de la dernière grande foire de la fourrure en Amérique du Nord, Fur Harvesters Auction (FHA) à North Bay, à 350 km au nord de Toronto, les courtiers s'activent avant des enchères en ligne, pandémie oblige.

Dans ce vaste entrepôt, des dizaines de milliers de fourrures d'animaux sauvages, - lynx, renards, loups, ours noirs, etc. -, sont attachées en lots et suspendues à des portants, triées par grandeur, couleur et qualité.

Catalogue et crayon à la main, le courtier Michel Roberge devient les yeux et les mains de ses clients étrangers pour qui il inspecte avec minutie chaque peau avant l'ouverture des enchères en ligne.

"Vu que c'est un marché de luxe, naturellement on est touchés en premier" en cas de crise. "Le monde peut survivre sans un morceau de fourrure", explique Michel Roberge, marchand montréalais.

- Demande asiatique -

"L'industrie de la fourrure est ancienne, elle a connu des hauts et des bas à de nombreuses reprises au cours des 400 dernières années", rappelle Mark Downey, le PDG de la FHA.

Ces dernières années en Europe et en Amérique du Nord, la pression croissante d'associations de protection des animaux et des consommateurs a poussé de nombreuses grandes marques de luxe, comme Dolce & Gabanna, Burberry ou Chanel, à renoncer à l'usage de la fourrure.

"Le départ de Canada Goose a été sans aucun doute un point noir pour l'industrie", regrette M. Downey, convaincu toutefois que d'autres fabricants vont combler "le vide" laissé par le géant canadien.

D'ici-là, le secteur va devoir surmonter l'absence de deux marchés importants: l'Ukraine et la Russie, deuxième plus gros client, actuellement visé par les sanctions économiques du Canada... avec un risque d'effet domino.

"La guerre de la Russie en Ukraine est un handicap énorme parce que nos gros acheteurs de Grèce, Italie, Turquie, vendent vers ces deux pays", regrette M. Downey. Mais, assure-t-il, "ça va reprendre car la demande est énorme" notamment en Asie.

A.Nunez--TFWP