The Fort Worth Press - Au Pakistan, la canicule puis la mousson ébranlent le monde rural

USD -
AED 3.672499
AFN 72.212319
ALL 95.002939
AMD 395.240482
ANG 1.801387
AOA 832.824502
ARS 868.740901
AUD 1.559953
AWG 1.8
AZN 1.702384
BAM 1.839688
BBD 2.018126
BDT 109.696505
BGN 1.838598
BHD 0.376878
BIF 2869
BMD 1
BND 1.364199
BOB 6.931452
BRL 5.2716
BSD 0.999516
BTN 83.574368
BWP 13.815062
BYN 3.271048
BYR 19600
BZD 2.01474
CAD 1.38216
CDF 2790.000133
CHF 0.912195
CLF 0.035826
CLP 988.550084
CNY 7.238498
CNH 7.26287
COP 3940.25
CRC 500.599647
CUC 1
CUP 26.5
CVE 103.718789
CZK 23.749795
DJF 177.995795
DKK 7.013029
DOP 59.052322
DZD 134.811465
EGP 48.558103
ERN 15
ETB 56.872616
EUR 0.94001
FJD 2.277955
FKP 0.802762
GBP 0.80349
GEL 2.669991
GGP 0.802762
GHS 13.423633
GIP 0.802762
GMD 67.825026
GNF 8590.792153
GTQ 7.77425
GYD 209.279248
HKD 7.832199
HNL 24.67654
HRK 7.08016
HTG 132.53505
HUF 371.209468
IDR 16280.25
ILS 3.756915
IMP 0.802762
INR 83.66855
IQD 1309.359759
IRR 42075.000171
ISK 141.660174
JEP 0.802762
JMD 155.270126
JOD 0.708697
JPY 154.47962
KES 131.506315
KGS 89.1061
KHR 4041.89575
KMF 462.85009
KPW 900.00035
KRW 1391.494987
KWD 0.30814
KYD 0.83293
KZT 448.643844
LAK 21259.964727
LBP 89507.912992
LKR 300.071018
LRD 193.000177
LSL 18.90281
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.831086
MAD 10.166351
MDL 17.791887
MGA 4393.650794
MKD 57.889792
MMK 2099.020332
MNT 3450.000346
MOP 8.063116
MRU 39.674975
MUR 46.699594
MVR 15.445008
MWK 1732.533804
MXN 17.044497
MYR 4.791946
MZN 63.502122
NAD 18.894952
NGN 1147.694249
NIO 36.788118
NOK 10.96927
NPR 133.718989
NZD 1.69795
OMR 0.384966
PAB 0.999516
PEN 3.728501
PGK 3.785103
PHP 56.993985
PKR 278.121746
PLN 4.095973
PYG 7401.763668
QAR 3.64075
RON 4.677598
RSD 110.113469
RUB 93.324988
RWF 1288.195539
SAR 3.751182
SBD 8.475185
SCR 13.567225
SDG 586.000027
SEK 10.92729
SGD 1.36381
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.503664
SOS 571.529093
SRD 34.784498
STD 20697.981008
SVC 8.745996
SYP 2512.53037
SZL 19.052501
THB 36.641992
TJS 10.929853
TMT 3.5
TND 3.1125
TOP 2.390501
TRY 32.49078
TTD 6.784715
TWD 32.507503
TZS 2589.999608
UAH 39.558091
UGX 3833.075443
UYU 38.885727
UZS 12660.906863
VEF 3622552.534434
VES 36.237127
VND 25290
VUV 118.722038
WST 2.803608
XAF 617.014152
XAG 0.035259
XAU 0.000418
XCD 2.70255
XDR 0.759466
XOF 617.014152
XPF 112.450068
YER 250.324939
ZAR 19.00915
ZMK 9001.200677
ZMW 25.062904
ZWL 321.999592
  • AEX

    -9.3700

    874.67

    -1.06%

  • BEL20

    -56.6500

    3796.92

    -1.47%

  • PX1

    -112.6300

    7932.61

    -1.4%

  • ISEQ

    -119.7700

    9778.52

    -1.21%

  • OSEBX

    -18.7900

    1343.16

    -1.38%

  • PSI20

    -44.5100

    6224.16

    -0.71%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -44.6300

    2080.62

    -2.1%

  • N150

    -41.3000

    3316.46

    -1.23%

Au Pakistan, la canicule puis la mousson ébranlent le monde rural
Au Pakistan, la canicule puis la mousson ébranlent le monde rural / Photo: © AFP/Archives

Au Pakistan, la canicule puis la mousson ébranlent le monde rural

Pendant des générations, les ancêtres de Rahim Buksh ont travaillé dans les champs de blé et de riz avoisinant Jacobabad, la ville la plus chaude du Pakistan, en s'accommodant de la chaleur estivale et des pluies de moussons.

Taille du texte:

Mais cette année a été exceptionnelle pour Jacobabad et ses environs, dans la province du Sind (sud), frappés par une canicule record en mai et des inondations sans précédent en août qui ont détruit les récoltes.

Des dizaines de milliers de personnes ont dû fuir leurs foyers après ces inondations, pour s'abriter dans des camps établis à la va-vite ou dans leurs familles. Beaucoup ne voient plus d'avenir dans leurs villages, malgré leur attachement à la terre qui les nourrissait depuis toujours.

"Nous irions dans les villes pour y faire un travail manuel si quelqu'un nous aidait à partir d'ici", confirme à l'AFP Rahim, dont la maison en briques de terre séchée a été inondée, comme la plupart des terres agricoles alentour.

Avant même les inondations, causées par des pluies de mousson torrentielles, Jacobabad et la dizaine de villages environnants étaient privés de presque toute infrastructure moderne.

La population - environ un million d'habitants - est composée essentiellement de saisonniers agricoles, payés à la journée et employés par quelques gros propriétaires terriens.

Ils se heurtent depuis longtemps à la pauvreté, l'endettement et la distribution inégale des terres. Mais le réchauffement climatique accroît encore leur précarité.

Cette année, la température à Jacobabad est montée à 51 degrés en mai. Puis la ville a été touchée par ces inondations historiques, qui entre juin et septembre ont mis un tiers du pays sous les eaux.

"Nous ne pouvons rien faire. Nous devons faire avec tout ça", se désole Zamira, 25 ans, qui a fui son foyer, avec son mari et ses enfants, pour se réfugier dans un camp de déplacés. "Il va se passer des mois avant qu'on puisse travailler à nouveau. Nous sommes abandonnés."

- "C'est invivable ici" -

Le secteur agricole est le premier employeur au Pakistan. Il concerne plus de 40% de la population active, en majorité des femmes.

Après ces "deux catastrophes", nombre d'habitants ont envisagé migrer vers des centres urbains, constate Jan Odhano, employé d'une ONG locale.

"Ils pensent qu'ils peuvent plus facilement trouver du travail dans les grandes villes. Les hommes peuvent travailler en usine et les femmes aussi peuvent trouver du boulot", dit-il.

Désormais sans logis ni gagne-pain dans leur village, beaucoup d'entre eux devraient renoncer à y retourner, accentuant encore la pression sur des villes surpeuplées et confrontées à long terme à "une crise majeure de gouvernance", selon Nausheen H. Anwar, une professeure en Urbanisme à Karachi.

"Nous ne sommes pas préparés à ce qui va arriver", dit-elle en parlant de l'exode rural. "Ces flux vont devenir inévitables".

Muhammad Hanif, 20 ans, est à bout après avoir perdu ses récoltes et son cheptel. "C'est invivable ici. Il n'y a plus de travail. Nous allons devoir aller à Karachi."

Le niveau de vie dans la mégalopole de 25 millions d'habitants, dans le sud du Pakistan, n'est guère meilleur pour les nouveaux arrivés.

La capitale économique du pays est percluse de maux: routes mal entretenues, système d'évacuation des eaux usées défectueux, distribution d'eau contrôlée par des gangs, coupures d'électricité et logements précaires ou insalubres.

Les migrants vivent souvent dans des bidonvilles, où ils n'ont d'autre solution que de devenir vendeurs de rue ou travailleurs journaliers.

- "Nous sommes impuissants" -

"Nous devons vraiment nous focaliser plus sur les villes et leur système de gouvernance", estime Mme Anwar. "Le rural c'est important, mais l'urbain aussi, et les deux sont profondément interconnectés."

Entre six et neuf millions de Pakistanais risquent de basculer dans la pauvreté à la suite des inondations, notamment en raison de la hausse des prix des denrées alimentaires qu'elles ont entraînée, selon la Banque mondiale. Les dégâts ont été évalués à au moins 28 milliards de dollars par les autorités.

Le gouvernement et des activistes ont appelé les nations les plus industrialisées, qui ont bâti leur richesse sur les énergies fossiles, à soutenir la lutte contre le réchauffement climatique.

Le Pakistan, cinquième pays le plus peuplé au monde, ne représente que 0,8% des émissions de gaz à effet de serre, mais figure parmi les pays les plus menacés par les phénomènes météorologiques extrêmes.

Cette année, la canicule a entraîné une diminution de 3 millions de tonnes de la récolte de blé, tué du bétail, provoqué des feux de forêts et fait baisser la productivité. La mousson a détruit près de 4 millions d'hectares de cultures et vergers.

Le Pakistan a besoin d'aide humanitaire d'urgence, mais aussi d'un soutien technique, d'investissements dans les énergies renouvelables et de systèmes d'alertes pour prévenir les prochains désastres induits par le changement climatique.

Pendant la canicule à Jacobabad, Noor Muhammad, 10 ans, a enduré des températures étouffantes à l'école, où il a vu certains de ses camarades s'évanouir dans des classées privées d'électricité ou d'eau froide.

Quelques mois plus tard, sa famille et lui sont venus d'abriter dans le même bâtiment, transformé en centre d'accueil pour les victimes des intempéries.

"Nous sommes impuissants", dit-il. "Je veux seulement finir mes examens, pour pouvoir devenir policier."

W.Matthews--TFWP