The Fort Worth Press - Dans le Midwest, une année "catastrophique" pour les récoltes après des mois sans pluie

USD -
AED 3.672501
AFN 71.631438
ALL 95.179683
AMD 395.104736
ANG 1.797381
AOA 837.498008
ARS 869.237794
AUD 1.554195
AWG 1.8
AZN 1.701434
BAM 1.836854
BBD 2.013648
BDT 109.668421
BGN 1.83251
BHD 0.376867
BIF 2857.437455
BMD 1
BND 1.359167
BOB 6.919837
BRL 5.234097
BSD 0.997254
BTN 83.437693
BWP 13.783827
BYN 3.26325
BYR 19600
BZD 2.010274
CAD 1.377395
CDF 2790.000542
CHF 0.910901
CLF 0.035477
CLP 978.93054
CNY 7.238294
CNH 7.24577
COP 3892.15
CRC 499.695365
CUC 1
CUP 26.5
CVE 103.559035
CZK 23.680222
DJF 177.591556
DKK 6.99551
DOP 58.949243
DZD 134.767364
EGP 48.504975
ERN 15
ETB 56.74331
EUR 0.93758
FJD 2.2733
FKP 0.802762
GBP 0.80325
GEL 2.660158
GGP 0.802762
GHS 13.439585
GIP 0.802762
GMD 67.95006
GNF 8573.06225
GTQ 7.771668
GYD 209.210483
HKD 7.83024
HNL 24.710119
HRK 7.08016
HTG 132.186009
HUF 368.270061
IDR 16264
ILS 3.788405
IMP 0.802762
INR 83.59605
IQD 1306.393708
IRR 42062.502706
ISK 140.919985
JEP 0.802762
JMD 155.057507
JOD 0.708704
JPY 154.397497
KES 132.506959
KGS 89.005103
KHR 4033.444879
KMF 463.599363
KPW 900.00035
KRW 1381.515005
KWD 0.30814
KYD 0.83106
KZT 447.831426
LAK 21217.063637
LBP 89307.005868
LKR 301.172633
LRD 193.302457
LSL 19.097503
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.866755
MAD 10.142332
MDL 17.821188
MGA 4375.579989
MKD 57.733301
MMK 2094.241819
MNT 3450.000346
MOP 8.059525
MRU 39.674972
MUR 46.545857
MVR 15.450203
MWK 1728.672797
MXN 16.97042
MYR 4.7903
MZN 63.503078
NAD 19.020154
NGN 1140.639968
NIO 36.706879
NOK 11.013005
NPR 133.496743
NZD 1.69278
OMR 0.384948
PAB 0.999202
PEN 3.759609
PGK 3.78625
PHP 57.307502
PKR 277.616959
PLN 4.067412
PYG 7380.814008
QAR 3.640498
RON 4.664899
RSD 109.811985
RUB 94.149546
RWF 1285.490659
SAR 3.751136
SBD 8.475185
SCR 13.514704
SDG 585.999461
SEK 10.946365
SGD 1.361005
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.503664
SOS 571.501412
SRD 34.7755
STD 20697.981008
SVC 8.725851
SYP 2512.53037
SZL 18.978656
THB 36.795966
TJS 10.916399
TMT 3.505
TND 3.162999
TOP 2.39395
TRY 32.484495
TTD 6.771463
TWD 32.353016
TZS 2577.917756
UAH 39.433649
UGX 3812.144578
UYU 38.872792
UZS 12680.000115
VEF 3622552.534434
VES 36.243564
VND 25405
VUV 118.722038
WST 2.803608
XAF 614.865536
XAG 0.035449
XAU 0.000422
XCD 2.70255
XDR 0.757759
XOF 614.865536
XPF 111.575035
YER 250.35005
ZAR 19.01195
ZMK 9001.19651
ZMW 25.206689
ZWL 321.999592
  • AEX

    -9.3600

    865.35

    -1.07%

  • BEL20

    -2.2800

    3794.57

    -0.06%

  • PX1

    49.1800

    7981.51

    +0.62%

  • ISEQ

    49.8700

    9828.81

    +0.51%

  • OSEBX

    4.5700

    1347.78

    +0.34%

  • PSI20

    9.9600

    6234.41

    +0.16%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -38.0700

    2042.5

    -1.83%

  • N150

    9.6200

    3326.21

    +0.29%

Dans le Midwest, une année "catastrophique" pour les récoltes après des mois sans pluie
Dans le Midwest, une année "catastrophique" pour les récoltes après des mois sans pluie / Photo: © GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP

Dans le Midwest, une année "catastrophique" pour les récoltes après des mois sans pluie

Rendements en chute libre, champs volontairement non moissonnés, la sécheresse qui prive le Midwest américain de pluie depuis des mois coûte cher aux fermiers, dans une région agricole essentielle pour le pays.

Taille du texte:

Sur les 1.600 hectares environ de la ferme Tucker, à Venango (Nebraska), "on n'a pu en moissonner que 200 à peu près" cette année, explique Rachel Tucker. Du blé, essentiellement, "mais une bonne partie du reste a grillé au soleil".

La sécheresse a aussi attiré les sauterelles, qui menaçaient de s'en prendre aux fleurs que cultivent aussi les Tucker. L'agricultrice a acheté des mantes religieuses pour s'en débarrasser, avec succès.

Si l'Ouest américain est en situation de stress hydrique depuis plusieurs années, il faut remonter à 2012 pour trouver trace d'un épisode similaire dans le Midwest.

"C'est pire" qu'il y a dix ans, assure Rachel Tucker. Son mari, dont le grand-père cultivait déjà ces terres, dit que cela n'a pas été "si mauvais depuis les années 30".

Même son de cloche un peu plus au sud, à Scott City, dans l'ouest du Kansas.

"Je parlais à des fermiers plus âgés ce matin. Des septuagénaires, des octogénaires. Et ils disaient qu'ils n'avaient jamais rien vu de pareil. Donc c'est assez catastrophique", résume Marc Ramsey, dont la famille plante et récolte ici depuis près de 100 ans.

Le paysan n'a pas vu de précipitations significatives depuis la dernière semaine de juillet. "Cinq centimètres de pluie", dit-il, "c'est tout ce que nous avons eu cette année".

"C'est ce qui est peut-être un peu différent des années 2010, 2011 et 2012", estime Rex Buchanan, de la Commission géologique du Kansas. "Il semble que quand la pluie s'arrête, elle s'arrête complètement".

- "Garder le moral" -

La sécheresse a affecté les trois cultures majeures aux Etats-Unis, à savoir blé, maïs et soja, pour lesquels le ministère de l'Agriculture (USDA) a dû récemment revoir en baisse sensible ses prévisions de rendement, en moyenne nationale.

Dans le Midwest, outre Kansas et Nebraska, le Dakota du Sud a aussi été particulièrement touché.

Ces trois Etats assurent, en temps ordinaire, un tiers de la production américaine de blé d'hiver et un quart du maïs, dont la récolte bat son plein actuellement.

Environ 30% des terres de Marc Ramsey sont irriguées. Ces parcelles ont fait mieux que le reste, comme le seul champ des Tucker qui en bénéficie. Mais certaines n'ont donné que 5 tonnes de maïs à l'hectare, alors qu'elles en produisent habituellement plus du double.

Depuis que le Kansas s'est mis à la culture massive du maïs, dans les années 1960 et 1970, "il y a eu une réduction assez spectaculaire (de l'aquifère) dans l'ouest" de l'Etat, situe Rex Buchanan.

Dans certaines zones, "ils ont vraiment du mal. Ils ont vu des puits s'assécher. Il a fallu revenir à l'agriculture sèche", soit sans irrigation.

Les droits de pompage sont strictement limités et, selon le géologue, par endroits, des fermiers se sont entendus sur une utilisation plus raisonnée des eaux souterraines, quitte à tirer 10% ou 20% de moins que permis.

Marc Ramsey, comme les Tucker, est couvert par une assurance récolte qui indemnise les pertes exceptionnelles.

Mais le fermier prévient néanmoins qu'un épisode comme celui de 2022 tend à augmenter les primes, qui étaient déjà en phase ascendante du fait de la hausse des cours des matières premières. L'indemnisation "couvre les coûts de production, donc on sera là l'an prochain, pour essayer de nouveau", dit-il.

Mais la terre n'a pas pu se recharger en eau, comme elle le fait habituellement avec les pluies d'automne.

Dès lors, l'humidité des sols "va être un sujet de préoccupation cet hiver et au printemps", donc pour la prochaine récolte, "si les conditions ne changent pas", annonce Brian Fuchs, climatologue au Centre national de gestion de la sécheresse, rattaché à l'université Nebraska-Lincoln.

Le sujet du réchauffement de la planète, considéré comme très politique et polémique aux Etats-Unis, est souvent évité.

"Les gens ont conscience du changement climatique, c'est clair", affirme malgré tout Rex Buchanan.

"Les années comme celle-ci, on s'inquiète pour le taux de suicide" chez les exploitants agricoles, confie Rachel Tucker. "J'espère que tout le monde va garder le moral et l'espoir pour l'an prochain".

L.Rodriguez--TFWP