The Fort Worth Press - Costa Rica: clôture du scrutin présidentiel pour un second tour à suspense

USD -
AED 3.672499
AFN 73.765966
ALL 95.771398
AMD 406.22063
ANG 1.802129
AOA 831.493234
ARS 837.842221
AUD 1.525349
AWG 1.8
AZN 1.705548
BAM 1.810985
BBD 2.018954
BDT 109.744297
BGN 1.80753
BHD 0.376842
BIF 2864
BMD 1
BND 1.344488
BOB 6.909547
BRL 4.936505
BSD 0.99994
BTN 82.974013
BWP 13.688407
BYN 3.271865
BYR 19600
BZD 2.015658
CAD 1.34955
CDF 2759.999964
CHF 0.879245
CLF 0.035142
CLP 969.679967
CNY 7.189098
COP 3925.2
CRC 513.354723
CUC 1
CUP 26.5
CVE 102.349864
CZK 23.393796
DJF 177.720273
DKK 6.887702
DOP 58.750193
DZD 134.332579
EGP 30.891897
ERN 15
ETB 56.66967
EUR 0.924004
FJD 2.263008
FKP 0.791046
GBP 0.79109
GEL 2.645005
GGP 0.791046
GHS 12.492558
GIP 0.791046
GMD 67.698111
GNF 8614.999656
GTQ 7.799471
GYD 209.369835
HKD 7.82085
HNL 24.801786
HRK 7.030095
HTG 132.495035
HUF 357.86801
IDR 15653
ILS 3.679115
IMP 0.791046
INR 82.93795
IQD 1310
IRR 42029.999902
ISK 137.579891
JEP 0.791046
JMD 156.563529
JOD 0.708984
JPY 150.393502
KES 145.999969
KGS 89.430172
KHR 4082.000014
KMF 455.299822
KPW 900.045302
KRW 1333.724975
KWD 0.30773
KYD 0.833268
KZT 450.902592
LAK 20884.999909
LBP 89538.093103
LKR 311.528614
LRD 190.550609
LSL 18.959916
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.844974
MAD 10.078036
MDL 17.93871
MGA 4542.999662
MKD 56.951819
MMK 2099.882867
MNT 3411.928451
MOP 8.056447
MRU 39.750416
MUR 45.769858
MVR 15.397632
MWK 1682.99988
MXN 17.04976
MYR 4.791504
MZN 63.497222
NAD 18.9596
NGN 1607.000154
NIO 36.799662
NOK 10.47488
NPR 132.758309
NZD 1.616815
OMR 0.384928
PAB 0.999958
PEN 3.79896
PGK 3.734958
PHP 55.928016
PKR 279.498937
PLN 3.989855
PYG 7295.741913
QAR 3.640498
RON 4.598703
RSD 108.27702
RUB 92.005026
RWF 1273
SAR 3.75009
SBD 8.511255
SCR 13.444532
SDG 601.00002
SEK 10.359275
SGD 1.343705
SHP 1.263499
SLE 22.599439
SLL 19750.00002
SOS 571.481732
SRD 35.696028
STD 20697.981008
SVC 8.749358
SYP 13002.173019
SZL 18.960126
THB 35.87102
TJS 10.954539
TMT 3.5
TND 3.127023
TOP 2.36255
TRY 31.030202
TTD 6.79195
TWD 31.442198
TZS 2544.999893
UAH 38.631967
UGX 3892.718746
UYU 39.09386
UZS 12499.999601
VEF 3620191.687697
VES 36.249759
VND 24535
VUV 120.157688
WST 2.745477
XAF 607.387276
XAG 0.043648
XAU 0.000494
XCD 2.70255
XDR 0.754839
XOF 606.499053
XPF 110.674985
YER 248.825014
ZAR 18.916445
ZMK 9001.198249
ZMW 22.824099
ZWL 321.999592
  • AEX

    -1.5300

    846.79

    -0.18%

  • BEL20

    8.4400

    3677.35

    +0.23%

  • PX1

    17.1500

    7812.09

    +0.22%

  • ISEQ

    76.4400

    9513.58

    +0.81%

  • OSEBX

    -2.7800

    1260

    -0.22%

  • PSI20

    24.2800

    6250.49

    +0.39%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    5.2000

    2265.23

    +0.23%

  • N150

    10.3300

    3239.63

    +0.32%

Costa Rica: clôture du scrutin présidentiel pour un second tour à suspense
Costa Rica: clôture du scrutin présidentiel pour un second tour à suspense

Costa Rica: clôture du scrutin présidentiel pour un second tour à suspense

Les Costariciens ont voté dimanche pour un second tour à l'issue incertaine entre un candidat conservateur, Rodrigo Chaves, et le centriste José Maria Figueres pour élire un président qui devra affronter pour les cinq ans à venir une crise économique et le chômage.

Taille du texte:

Quelque 3,5 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes, dans le pays depuis longtemps considéré comme le plus stable d'Amérique latine. Les bureaux de vote qui ont ouvert leurs portes à 06H00 (12H00 GMT) ont fermé à 18H00 (00H00 GMT). Les premiers résultats sont attendus dans la nuit.

Le scrutin s'est déroulé dans le calme, seulement troublé par le décès d'un électeur septuagénaire après avoir voté dans la capitale, sans doute "d'un infarctus", a assuré un responsable du Tribunal suprême des élections (TSE).

 

MM. Figueres, 67 ans, et Chaves, 60 ans, promettent d'apporter au cours des quatre années à venir des solutions aux problèmes qu'affronte le Costa Rica: la dette extérieure, équivalente à 70% du PIB, le taux de pauvreté de 23% de la population, le chômage à 14%, et les scandales de corruption dans le secteur public.

Les deux hommes, au passé polémique, sont arrivés en tête du premier tour le 6 février. Ils sont donnés quasiment à égalité par les derniers sondages, avec un très léger avantage pour M. Chaves. A quelques jours du scrutin, environ 18% des électeurs étaient encore indécis.

Rodrigo Chaves, un économiste qui a claqué la porte du ministère des Finances du gouvernement sortant au bout de seulement 180 jours, a été sanctionné pour harcèlement sexuel de deux collaboratrices alors qu'il travaillait pour la Banque mondiale entre 2008 et 2013.

Face à lui, M. Figueres a déjà gouverné le pays de 1994 à 1998. Sans que cela aille jusqu'au procès, une enquête avait été ouverte contre l'ancien président, soupçonné d'avoir reçu 900.000 dollars en 2004 de la part de l'entreprise française Alcatel pour remporter des marchés publics. Exilé en Europe, M. Figueres avait refusé de répondre aux convocations de la justice, et n'est rentré au pays qu'en 2011, une fois l'affaire prescrite.

Quoi qu'il en soit, ni l'un ni l'autre ne disposera de majorité au Parlement, et le futur président devra composer avec les autres partis.

- "Il n'y a pas de travail ici" -

Le président sortant, Carlos Alvarado, ne pouvait se représenter pour un deuxième mandat consécutif selon les termes de la Constitution.

"Notre première préoccupation, c'est qu'il y ait du travail, de l'économie et de la sécurité", a déclaré Ángela Marín, 58 ans, qui a voté à San José.

"Le prochain président doit tout changer ! Il n'y a pas de travail ici, il n'y a rien", a commenté dans une rue de la capitale Ana Briceño, un agent de voyage de 64 ans.

Le tourisme, l'un des principaux moteurs de l'économie du pays, a été durement frappé par la pandémie de coronavirus et le Costa Rica a subi la plus forte progression du chômage dans la région, avec le Pérou.

Mais le pays reste le "plus heureux" d'Amérique latine, selon le dernier rapport mondial sur le bonheur.

"Le 3 avril va être une véritable révolution dans l'histoire de ce pays. On va nettoyer la maison", a lancé lors de son dernier meeting M. Chaves, qui cultive une image de batailleur et s'est qualifié en outsider lors du premier tour du 6 février.

M. Figueres, ancien président, et fils de l'ex-chef de l'Etat José Figueres, resté célèbre pour avoir supprimé l'armée en 1948, a pour slogan "l'expérience pour le progrès".

"Cette élection est différentes de toutes celles qui l'ont précédée (...) notre avenir est en jeu", a-t-il dramatisé lors de son meeting de fin de campagne.

T.Harrison--TFWP